Charlotte Flechet
Charlotte Flechet
Jeune professionnelle dans le domaine des politiques environnementales.
Opinion

11/08/15 à 11:44 - Mise à jour à 11:44

Lutter contre le changement climatique pour améliorer la santé publique

Publié en juin dernier, le rapport de la Commission du Lancet sur la santé et le changement climatique a mis en lumière les risques que celui-ci pose sur la santé humaine. Mais au coeur de son message se trouve l'idée que combattre le changement climatique pourrait bien être la meilleure opportunité en santé publique du siècle.

Lutter contre le changement climatique pour améliorer la santé publique

Les conséquences du changement climatique se font ressentir. © Reuters

En mai dernier, près de 2500 personnes ont perdu la vie dans une intense vague de chaleur qui a touché l'ensemble du sous-continent indien. En Birmanie, c'est près de 217 000 personnes en situation de crise humanitaire qui ont été déplacées suite aux inondations et glissements de terrain provoqués par la mousson. Ces exemples, deux parmi tant d'autres, illustrent les relations directes qui lient les événements climatiques à la santé publique.

Certains impacts du changement climatique peuvent être directs comme dans les cas mentionnés ci-dessus, ou indirects, parce qu'ils affectent les déterminants sociaux et environnementaux qui influent sur la santé. C'est le cas par exemple des pertes agricoles, liées aux sécheresses, influant sur la faim ou encore les mauvaises conditions sanitaires dans lesquelles se trouvent les victimes de conflit et les réfugiés climatiques.

Selon Nick Watts, à la tête de la Commission du Lancet, le changement climatique a le potentiel de saper les 50 dernières années de progrès en santé publique. Une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a avancé le nombre, probablement sous-estimé, de 250 000 morts supplémentaires par an entre 2030 et 2050, en raison du changement climatique.

À la lumière de ces chiffres, Catherine Thomassan, Directrice Generale de l'organisation "Physicians for Social Responsibility" a déclaré que le changement climatique constitue la plus grande menace du siècle sur la santé publique.

Les impacts sur la santé toucheront en particulier les populations vulnérables du Sud, cependant les pays occidentaux ne seront pas en reste. L'ouragan Katrina qui a fait plus de 1800 morts en Louisiane en 2005 et les tempêtes à répétition qu'a connues le Royaume-Uni lors de l'hiver 2014 sont là pour en témoigner. Bien que l'ampleur des risques futurs est difficile à prévoir, les tendances sont-elles, plutôt bien documentées.

En Belgique, les vagues de chaleur de ces dernières années se sont montrées plus longues et plus intenses. Ce phénomène est généralement associé à une augmentation des maladies cardio-vasculaires et respiratoires, comme l'asthme, liées à l'augmentation de la concentration d'ozone et d'autres polluants dans l'air en période de fortes chaleurs. Selon le projet européen Climate Trap l'augmentation de l'ozone dans notre atmosphère devrait accroître de 10 à 14 % le taux de mortalité en Belgique d'ici à 2070.

Des températures plus clémentes risquent également de favoriser le développement plus précoce et abondant de végétaux allergènes, synonyme d'une plus grande production de pollen, et donc de risque d'allergies. L'étude Atopica publiée dans Nature Climate Change en mai dernier suggère que les concentrations de pollen d'ambroisie pourraient quadrupler en Europe d'ici à 2050.

Partager

Lutter contre le changement climatique pourrait bien être la plus grande opportunité d'améliorer la santé en Europe au 21e siècle.

On s'attend également à des augmentations du nombre de cancers de la peau dus à l'augmentation de l'exposition au soleil, et de certaines maladies dites "vectorielles" transmises par des parasites et autres insectes comme la maladie de Lyme. Certaines recherches prédisent également une hausse des troubles mentaux comme la dépression ou le stress post-traumatique liés aux catastrophes naturelles.

L'OMS estime qu'en 2030, le changement climatique coutera globalement entre 2 et 4 milliards de dollars par an en dommages directs sur la santé.

Cependant, malgré ces constats peu réjouissants, lutter contre le changement climatique pourrait bien être la plus grande opportunité d'améliorer la santé en Europe.

Le rapport de la Commission du Lancet met en avant les nombreuses synergies qui existent entre les politiques d'atténuation et d'adaptation au changement climatique et les politiques de santé. La transition vers des énergies propres, de nouvelles habitudes de consommation alimentaires et la promotion de transports durables et actifs peuvent générer un impact positif significatif sur la santé.

La pollution de l'air en partie générée par l'usage de véhicules privés tue près de 4,3 millions de personnes chaque année. En substituant une partie de ces voitures par le vélo, il est possible de faire des progrès considérables en matière de qualité de l'air et de réduction, l'obésité et des maladies cardiovasculaires. Le potentiel est immense lorsque l'on sait qu'à Bruxelles, 65% des déplacements concernent des distances inférieures à 5 km.

Les avantages conjoints de ces politiques sont particulièrement élevés dans les villes, qui souffrent de l'effet de l'îlot de chaleur urbain, le phénomène par lequel les bâtiments et surfaces pavées retiennent davantage de chaleur et augmentent la température moyenne des villes. En développant des infrastructures vertes telles que le maillage vert et bleu à Bruxelles, il est possible de mieux réguler la température de nos villes et de lutter contre la pollution atmosphérique, tout en augmentant la capacité d'absorption de carbone des écosystèmes urbains.

Comme le souligne le rapport, examiner le changement climatique sous l'angle de la santé permet de mieux percevoir le problème comme touchant au coeur de l'humain. Malgré un état des lieux alarmant, les nombreux défis relevés dans le domaine de la santé publique au cours du dernier siècle ont de quoi nous donner de l'espoir. Les solutions proposées pour faire face au changement climatique auront non seulement un effet bénéfique sur la santé, mais permettront également de soutenir la transition vers une société plus juste, résiliente et durable.

Nos partenaires