Lobbies, pédales, beaux discours, histoire et géographie: une journée à la COP21

07/12/15 à 20:32 - Mise à jour à 20:31

Source: Afp

Choses vues et entendues lundi à la COP21, au Bourget (nord de Paris), qui doit aboutir vendredi à un accord pour limiter le réchauffement de la planète

Lobbies, pédales, beaux discours, histoire et géographie: une journée à la COP21

© Belga Image

Grandiloquence

Comme les chefs d'Etat en ouverture, les ministres et responsables chargés de poursuivre les discussions cette semaine sur la base du projet élaboré par leurs négociateurs ont rivalisé de déclarations grandiloquentes. "Si nous sauvons Tuvalu, nous sauverons le monde!", s'est exclamé le Premier ministre de ce petit archipel du Pacifique, Enele Sosene Sopoaga.

Thoriq Ibrahim, ministre de l'Environnement des Maldives et président de l'Alliance des petites îles a estimé pour sa part que "la COP21 sera la dernière occasion pour le monde de sceller l'accord dont nous avons absolument besoin pour éviter les pires impacts du changement climatique".

"L'occasion de répondre à l'appel de l'histoire n'est pas donné à tout le monde. L'histoire vous a choisis, ici, maintenant", a aussi lancé la responsable de l'ONU pour le climat, Christiana Figueres.

Lobbiystes

"Wanted..." L'ONG Avaaz a pris pour cible lundi sept "lobbyistes" accusés, selon elle, de travailler à "affaiblir" les tentatives pour finaliser un accord ambitieux à la fin de la semaine à Paris. Les militants de l'ONG ont annoncé avoir collé un millier d'affiches dans Paris, à proximité de grands hôtels où les grandes délégations ont pris leurs quartiers, et distribué des tracts au niveau des stations de métro menant au Bourget. Des affiches et des tracts où apparaissaient les visages de ces "lobbyistes" des "énergies sales" comme le charbon, accrédités à la COP et ciblés par l'ONG.

Découplage

Les émissions de gaz carbonique (CO2), principal gaz à effet de serre, devraient baisser en 2015, pour la première fois durant une période de croissance économique mondiale, selon une étude de Nature Climate Change parue lundi. Début d'un "découplage" durable entre la croissance économique et celle des émissions dues aux énergies fossiles, un objectif clé des efforts menés pour limiter le réchauffement? Les auteurs restent prudents en rappelant que "les besoins énergétiques des économies en croissance reposent toujours essentiellement sur le charbon".

La Loire à Paris

Le "Comité de Paris", réunion qui doit faire le point chaque soir sur l'avancée des tractations, se réunira dans la salle "La Loire" et non dans "La Seine", l'autre grande salle de cette conférence. "Un peu déroutant géographiquement", a reconnu, dans un sourire, la responsable de l'ONU pour le climat, Christiana Figueres, une diplomate costaricienne qui connaît bien sa géographie française.

Piste verte ou piste rouge?

"Avenir durable" ou "désastre climatique": c'est le choix auquel étaient confrontés lundi matin les participants de la COP, dans une installation proposée par l'ONG humanitaire Alliance ACT. Dans l'allée principale du site du Bourget, les passants pouvaient soit emprunter un tapis vert, symbolisant une trajectoire vers un réchauffement d'1,5 à 2°C, permettant une adaptation, ou un autre, rouge, correspondant à un réchauffement de 3 degrés. Passage fait sous les applaudissements ou les huées des militants, selon le choix fait.

Pédalez, rechargez

Dans le hall abritant les journalistes et les institutions travaillant sur le climat (universités, etc.), un stand permet de recharger son téléphone, sa tablette ou son ordinateur en pédalant. Il faut brancher son appareil à une prise normale, prendre place sur un siège confortable et enfourcher les pédales sur les côtés. L'énergie produite en pédalant va directement dans le support à recharger. "Cela prend pas mal de temps", prévient un participant juché sur le "vélo rechargeur". Sur le stand du WWF, des vélos permettent aussi virtuellement d'activer les appareils électriques de la cuisine: une façon de se rendre compte à la force du mollet de l'énergie nécessaire au quotidien.

En savoir plus sur:

Nos partenaires