Les forêts, héritage de guerre

30/05/16 à 09:39 - Mise à jour à 11:46

Source: Le Vif/l'express

De la forêt de Verdun, posée tel un pansement sur les cicatrices du champ de bataille, à celle d'Argonne, véritable frontière stratégique, plusieurs forêts sont intimement liées à la Grande Guerre. Et en sont devenues les derniers témoins vivants.

"Lorsque des touristes étrangers parcourent les environs de Verdun, beaucoup, découvrant un vaste paysage reverdi par le temps, gardent dans les yeux une charmante impression de collines boisées et racontent partout que nous avons exagéré nos épreuves et par conséquent nos vertus." La réflexion, en 1930, de Raymond Poincaré témoigne de la crainte qui existait de voir la nature faire disparaître les traces des souffrances endurées sur l'emblématique champ de bataille. Que penserait celui qui fut Président de la République française durant la Grande Guerre, s'il visitait les lieux, désormais recouverts d'un immense manteau forestier ? Après avoir obtenu, en 2014, en lien avec le début des commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale, le label national Forêt d'Exception ®, les 10 000 hectares de la forêt domaniale plantée sur les cicatrices des combats se trouvent sous le feu des projecteurs en cette année 2016, à l'occasion du Centenaire de la Bataille de Verdun, célébré ce 29 mai. L'Office National des Forêts (ONF) propose un programme de visites guidées du champ de Bataille, et cinq itinéraires, mêlant Histoire et nature, invitant les touristes à "arpenter les plus grands sites de la guerre 14-18 tout en appréciant la beauté et la diversité de la faune et de la flore."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires