Les apiculteurs wallons ont perdu 35% de leurs colonies d'abeilles

07/11/13 à 17:35 - Mise à jour à 17:35

Source: Le Vif

La mortalité des abeilles en Wallonie a augmenté de 6,6% par rapport à l'année dernière, ressort-il jeudi d'un monitoring national réalisé depuis dix ans par Gembloux Agro-Bio Tech (ULg) et BeeOdiversity, une entreprise qui oeuvre à la préservation de la biodiversité et des abeilles.

Les apiculteurs wallons ont perdu 35% de leurs colonies d'abeilles

© Reuters

Les résultats montrent en outre qu'en 2012-2013, les apiculteurs wallons ont perdu 35% de leurs colonies d'abeilles. La cause principale de l'augmentation de la mortalité serait le climat. "L'hiver, particulièrement rude, prolongé par un printemps inhabituellement froid et pluvieux, a poussé les abeilles à ne pas sortir des ruches", explique-t-on du côté de Gembloux. "Sur les 35% de mortalité, un tiers serait dû à un manque de nourriture." Ces conditions climatiques exceptionnelles s'ajoutent aux autres facteurs de mortalité des abeilles, comme les pesticides, les maladies et le manque de biodiversité.

"La mortalité des abeilles ne doit pas être perçue comme une fatalité", explique le docteur Bach Kim Nguyen. "Au contraire, tout doit être mis en oeuvre pour préserver l'abeille." La Région wallonne a d'ailleurs lancé, en 2010, le "Plan Maya" dont l'objectif est de sauvegarder les populations d'abeilles. "Il commence aujourd'hui à porter ses fruits", assure le Dr Bach Kim Nguyen.

"Ces mesures seront d'autant plus importantes que l'hiver 2013-2014, annoncé comme le plus froid depuis un siècle, et couplé à une saison apicole très tardive, est une menace réelle pour la saison apicole 2013-2014", s'inquiète Gembloux Agro-Bio Tech.

Nos partenaires