Le printemps pointe le bout de son nez

09/03/12 à 11:45 - Mise à jour à 11:45

Source: Le Vif

Il faudra encore être patient ce week-end, mais dès la semaine prochaine c'est un temps doux et ensoleillé qui accompagnera nos journées. Le redoux des derniers jours a déjà permis à la floraison de démarrer. "Nous sommes parfaitement dans les temps", selon Damien Barbieux de la Fédération wallonne horticole (FWH).

Le printemps pointe le bout de son nez

© Thinkstock

La floraison de certaines plantes démarre normalement actuellement. La période de gel, en février, précédée d'un mois de janvier relativement doux, a pu détruire les premiers bourgeons naissants. "Les dégâts dans les cultures sont relativement peu importants", explique Alain Grifnée de la FWH. Cependant, les plantes persistantes, comme le laurier, ont pu souffrir. "Elles n'ont pas eu assez de temps pour se régénérer avec l'automne très doux que nous avons eu", précise M. Grifnée.

Par contre, les arbres indigènes ne rencontrent pas de problème pour l'instant. "La phénologie (l'étude de l'influence des climats sur les phénomènes biologiques saisonniers, ndlr) est tout-à-fait normale actuellement, les arbres fruitiers comme les poiriers et les pommiers vont bientôt commencer à fleurir", explique Damien Barbieux.

C'est aussi en ce moment que l'on recommence à cultiver les sols en Wallonie. "Le sol wallon est plus lourd qu'en Flandre, la reprise de la culture demande dès lors un peu plus de temps", selon M. Barbieux.

Pour la faune, le printemps a déjà commencé

Les premiers moustiques ont déjà fait leur apparition sous nos latitudes tandis que les crapauds sortent de leur hivernage. Depuis mi-janvier et jusque mi-juin, les oiseaux migrateurs effectuent leur retour dans nos contrées.

Le redoux des derniers jours marque le début du printemps animal. "Les premiers insectes, comme les moustiques et les mouches, sont de retour. On peut le regretter mais ils ont un rôle essentiel pour l'environnement", explique Patrick Grootaert, chef de département d'entomologie au Musée des Sciences naturelles. "Les animaux qui se nourrissent des insectes, tels les crapauds, sont dès lors eux aussi à nouveau visibles."

Le climat actuel n'a pas vraiment perturbé l'écosystème. "Les températures de ces dernières semaines n'ont rien d'anormal et la faune y est tout-à-fait adaptée", poursuit Patrick Grootaert. "En Belgique, il peut geler jusque mai et cela ne pose pas de problèmes pour les animaux, à moins que nous ne connaissions encore une semaine complète avec des températures à -5°C, ce qui est peu probable", conclut-il.

Le printemps marque aussi le retour des oiseaux migrateurs vers le nord. "Actuellement, on peut admirer les grues cendrées qui survolent la Belgique, en route vers la Scandinavie", explique Antoine Derouaux, ornithologue chez Avès-Natagora. "Ces oiseaux ne font que traverser la Belgique mais d'autres reviennent s'établir chez nous après avoir passé l'hiver dans le bassin méditerranéen, comme les cigognes noires. Les hirondelles seront elles aussi de retour d'Afrique d'ici quelques jours", ajoute-t-il. Le retour des oiseaux migrateurs dure jusqu'à la mi-juin. La pie-grièche écorcheur revient ainsi plus tard, dans l'attente de la réapparition des gros insectes dont elle se nourrit.

Une météo de plus en plus douce

Côté météo, soleil et nuages s'alterneront durant la journée de vendredi. La nébulosité augmentera ensuite localement mais le temps restera sec. Le mercure affichera entre 6 et 11 degrés.

La journée de samedi sera encore marquée par une nébulosité importante pouvant provoquer localement quelques légères averses. Le vent sera modéré et les maxima afficheront de 8 à 12 degrés.

Dimanche nous connaîtrons une journée calme et sèche, mais avec un ciel généralement couvert. Dès mardi le soleil se montrera de plus en plus. Les températures à la mi-journée avoisineront les 11 degrés, mais le temps sera encore plus doux dans le courant de la semaine.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires