Le niveau de radioactivé est "exceptionnellement élevé" à Helsinki et personne ne sait pourquoi

08/03/16 à 15:44 - Mise à jour à 15:47

Source: De Morgen

À Helsinki, en Finlande, des niveaux "exceptionnellement élevés" de Cesium-137, un élément radioactif, ont été mesurés. C'est ce qu'a annoncé l'Autorité de sûreté nucléaire et de radioprotection finlandaise (STUK). Et personne ne sait comment cela est possible, rapporte De Morgen.

Le niveau de radioactivé est "exceptionnellement élevé" à Helsinki et personne ne sait pourquoi

© istock

L'intensité du rayonnement radioactif , soit 4.000 microbecquerels par m3 d'air est 1000 fois plus élevée que la normale. "La dernière fois que nous avons mesuré un rayonnement de ce niveau, c'était au cours du printemps et de l'été qui ont suivi la catastrophe de Tchernobyl [en 1986]", déclare Tarja K. Ikäheimonen de l'agence gouvernementale chargée de la sécurité nucléaire, de la radioprotection et du contrôle des radiations en Finlande (STUK) à l'agence de presse STT.

Le Cesium-137 est l'un des nombreux produits de fission de l'uranium. Cet élément radioactif est connu, à côté du jodium-131 et du cesium-134, pour avoir été utilisé dans les études hydrologiques et écologiques à la suite d'une contamination générale de l'atmosphère induite, à partir de 1945, par l'utilisation des bombes atomiques et des essais nucléaires suivis, en 1986, par l'accident de Tchernobyl. La quantité "standard" de Cesium-137 habituellement relevée à Helsinki provient encore des retombées de la catastrophe de Tchernobyl.

Mais dans ce cas-ci, les experts avancent que son niveau élevé mesuré dans l'atmosphère n'est pas lié au drame nucléaire de 1986. Ils soupçonnent plutôt la Russie. La substance radioactive viendrait de cette direction, suite à l'analyse des vents des derniers jours. Ces soupçons sont renforcés par les théories du complot qui parlent de la confection d' "une bombe sale".

Bien qu'élevée, cette radiation est encore trop faible pour être dangereuse pour la population, rassurent les autorités. Il faudrait que les valeurs mesurées soient un million de fois plus élevées pour qu'elles soient néfastes.

Nos partenaires