Le loup de retour en Europe: faut-il s'inquiéter?

04/09/13 à 12:32 - Mise à jour à 12:32

Source: Le Vif

On n'avait plus entendu crier au loup en Europe depuis près de 150 ans. Mais depuis quelques années, Canis Lupus est de retour dans nos contrées. Réapparu officiellement en France en 1992, il a depuis été aperçu dans de nombreux pays d'Europe occidentale. Dernièrement, c'est aux Pays-Bas qu'un spécimen a été découvert, marquant le retour du loup chez nos voisins du nord. Chez nous, un loup a été observé à Gedinne en 2011. On peut donc s'attendre à ce que l'animal soit de plus en plus présent dans nos régions. Dès lors, doit-on s'inquiéter ?

Le loup de retour en Europe: faut-il s'inquiéter?

© Thinkstock

Non, car le loup ne présente aucun danger pour l'homme. Vivant en forêt, il ne s'approche pas des habitations et fuit même à l'approche d'un être humain. Le retour de l'animal serait même un bon signe. "C'est le gage d'une bonne santé écologique de nos écosystèmes", expliquait Natagora, l'association de protection de la nature, dans un communiqué souhaitant la bienvenue au loup en Wallonie.Les efforts de préservation de la nature et de maintien de la biodiversité portent donc leurs fruits. Le canidé n'a pas fait l'objet d'un programme de réintroduction. Il serait revenu naturellement depuis l'Italie ou les pays de l'Est. Le nombre de loups en Europe est aujourd'hui estimé à 18.000 individus.

Les bergers en colère

Pourtant, tout le monde ne voit pas ce retour d'un bon oeil, à commencer par les bergers. En 5 ans, 20 000 moutons européens auraient été tués par des loups, selon un décompte officiel. Les éleveurs d'ovidés se sentent menacés. "Les loups tueront le métier de berger", déclare Bernard Bruno, au New York Times. Cet éleveur français a perdu une centaine de bêtes au cours des dernières années. Utilisation de chiens de garde, passer la nuit auprès des moutons, réduire la taille du troupeau, les bergers sont ingénieux quand il s'agit de protéger leurs troupeaux. Bernard Bruno confirme : "Nous devons les surveiller constamment. C'est devenu infernal, nous sommes là jour et nuit".

En savoir plus sur:

Nos partenaires