Le littoral atlantique sur le qui-vive pour la "marée du siècle"

20/02/15 à 11:15 - Mise à jour à 16:18

Les premières grandes marées sont attendues ce week-end. Ce n'est cependant qu'une répétition avant la marée du siècle. Si le spectacle est exceptionnel, il comporte aussi ses dangers. Explications.

Le littoral atlantique sur le qui-vive pour la "marée du siècle"

Les grandes marées offrent un spectacle impressionant mais comportent aussi des dangers © REUTERS

Les marées d'hiver à grand coefficient offriront cette année un beau et impressionnant spectacle. Deux épisodes de très fortes marées sont en effet prévus : ce week-end , soit du 19 au 21 février et un second plus important encore dans un mois, soit du 20 au 22 mars.

Avec un coefficient de 118 sur 120, les marées de ce samedi sont déjà exceptionnelles. Ce coefficient donne une indication sur la différence de hauteur entre la pleine et la basse mer. En 2014, le coefficient le plus élevé était 115, selon France tv info. Les coefficients supérieurs à 110 sont rares et représentent moins de 2% des marées selon le Service hydrologique et océanique de la Marine (Shom). Cependant ce week-end n'est en quelque sorte la grande répétition avant la "marée du siècle" qui aura lieu le 21 mars prochain et qui aura un coefficient de 119.

La marée du siècle

On l'appelle "marée du siècle", car elle est rare et impressionnante, mais en réalité ce genre de phénomène revient tous les 18 ans. L'appellation serait donc quelque peu abusive selon le Shom. La précédente a eu lieu le 10 mars 1997 et la prochaine est annoncée pour le 3 mars 2033, selon Sud Ouest. L'impact réel de la marée dépendra également de la météo, notamment du vent. Météo France a d'ailleurs mis plusieurs départements en vigilance jaune pour les submersions et les vagues, notant quand même que les conditions météo risquent de ne pas être "particulièrement défavorables".

Le littoral atlantique sur le qui-vive pour la "marée du siècle"

© REUTERS

Une marée qui monte plus vite qu'un homme qui court

Le phénomène, qui pourra être observé sur les côtes de l'Atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord, n'est pas que superbe. Il comporte également des risques. C'est pourquoi des mesures sont prises dans différentes régions de l'Ouest de la France pour assurer la sécurité et pour protéger habitants et touristes des risques liés à la montée des eaux. Selon le Service hydrologique et océanique de la Marine (Shom), lors des grandes marées, la mer remonte "plus vite qu'un homme qui court" et la prudence est donc de mise.

De nombreuses communes du littoral prennent leurs dispositions. Accès aux plages et aux digues interdits, sacs de sable pour contenir l'eau, barrages, digues rehaussées,... rien n'est laissé au hasard pour assurer la protection des curieux et des riverains.

Une prudence qui sera de mise de nombreuses fois cette année, car 2015 connaitra plus de quarante jours avec un coefficient supérieur à 100, rapporte Le Parisien.

Des grandes marées attendues en Belgique

La côte belge devrait également être concernée par ces grandes marées. En effet, on annonce un coefficient de 110 en Belgique aujourd'hui et de 118 demain, a relayé la Première ce matin. Cependant, aucune dépression et aucun vent violent ne sont prévus. Ce qui devrait épargner la côte belge d'éventuels risques de submersion. Les autorités appellent néanmoins à la prudence, car la mer devrait tout de même monter haut et assez rapidement puisqu'on prévoit un marnage, soit une différence de hauteur d'eau entre la marée haute et la marée basse, de 5,30 mètres à Ostende pour ce week-end, peut-on dans le Soir de ce vendredi.

Rien de comparable cependant au Mont-Saint-Michel où le spectacle devrait être le plus spectaculaire, car c'est là que les marnages seront les plus importants. Ils devraient atteindre 14-15 mètres le 21 mars prochain.

(O.L.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires