La moitié des 200 baleines échouées en Nouvelle-Zélande sont mortes

14/02/15 à 10:49 - Mise à jour à 10:49

Source: Belga

Plus de 100 baleines-pilotes échouées sur une plage de Nouvelle-Zélande sont décédées, ont indiqué samedi les services environnementaux, qui craignent pour la survie de 90 de leurs congénères.

La moitié des 200 baleines échouées en Nouvelle-Zélande sont mortes

© Capture d'écran YouTube

Près de 200 baleines se sont échouées vendredi sur la plage de la presqu'île de Farewell, dans le nord de l'Ile du Sud de la Nouvelle-Zélande. Profitant de la marée haute, des dizaines de secouristes ont tenté vendredi soir de les remettre à l'eau. Mais, a rapporté le porte-parole du service de la protection de l'environnement Andrew Lamason, les mammifères marins ont repris la direction du rivage pendant la nuit et se sont échoués à nouveau. "La mort de 103 (baleines) est confirmée et nous essayons de maintenir les autres en vie", a-t-il dit à l'AFP.

"Environ 150 volontaires prennent soin d'elles autant que possible", notamment en les aspergeant d'eau, a-t-il expliqué. "Mais nous nous préparons à une issue assez mauvaise, chaque fois qu'elles s'ensablent à nouveau, leur santé se détériore de façon spectaculaire", a-t-il poursuivi.

Il a ajouté qu'une nouvelle tentative de remise à l'eau était prévue samedi soir, et que l'euthanasie serait envisagée en cas d'échec. La plage de Farewell est régulièrement le théâtre d'échouages de globicéphales, ou baleines-pilotes. Huit au moins se sont produits au cours des dix dernières années, dont deux en seulement une semaine en janvier dernier, mais celui de vendredi est l'un des plus importants.

Les baleines-pilotes, qui peuvent mesurer jusqu'à six mètres de long, sont l'espèce de baleines la plus répandue dans les eaux néo-zélandaises. Il n'existe pas d'explication scientifique certaine de ce comportement, mais des spécialistes suggèrent que des baleines en bonne santé s'échouent en venant au secours de membres de leur groupe qui sont malades et désorientés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires