La forêt française de Verdun, étonnant écrin de verdure créé par la Première Guerre mondiale

28/05/16 à 11:07 - Mise à jour à 11:07

Source: Afp

On dirait des myosotis, mais les petites fleurs bleues qui poussent près de la nécropole de Douaumont, le champ de bataille de Verdun, ne sont en France que depuis un siècle, arrivées sous les sabots des chevaux. Des fleurs symboles d'une étonnante forêt née de la Grande guerre.

La forêt française de Verdun, étonnant écrin de verdure créé par la Première Guerre mondiale

La forêt française de Verdun © Belga Image

La forêt de Verdun, terre saccagée par les combats, est aujourd'hui un havre de biodiversité. Si la flore et la faune sont si spéciales, c'est que le sol a subi, entre 1914 et 1918, l'équivalent de 10.000 ans d'érosion naturelle, explique Jean-Paul Amat, professeur de géographie et spécialiste des forêts de la Grande Guerre.

Avec un tel retournement de terre, "la flore s'est adaptée", résume M. Hirbec. Sur certains talus, le sol était si sec que du thym s'est mis à pousser, comme sur les bords de la Méditerranée. Ailleurs des poiriers apparaissent, vestiges des vergers détruits par la bataille ou témoins des habitudes alimentaires des Poilus.

Pour ce qui est des Allemands, ils apportaient tout, raconte Stéphanie Jacquemot, archéologue à la Direction régionale des affaires culturelles de Lorraine. C'est d'ailleurs pour cela que la gentiane, que l'on ne trouve pas en Lorraine, s'épanouit autour de Verdun: plus pratique pour l'eau-de-vie.

Abri militaire allemand construit dans la forêt de Verdun, près du fort de Vaux

Abri militaire allemand construit dans la forêt de Verdun, près du fort de Vaux © Belga Image

Dans les trous d'obus, des mares se sont installées, qui abritent des batraciens: tritons crêtés, mais aussi, plus rares, des sonneurs à ventre jaunes, une espèce "vulnérable". "Il y a 15 espèces de fougères, des orchidées en mai et juin...", décrit Patrice Hirbec en se penchant pour ramasser un bout de ferraille, qu'un oeil peu habitué confondrait avec de la glaise. C'est un éclat d'obus.

Les forts, eux, hébergent des chauves-souris, qui nichent dans leurs aérations. Au-dessus de celui de Douaumont, pilonné des semaines durant par l'aviation allemande, des hirondelles rustiques planent. Ces oiseaux au dos bleuté sont une espèce protégée.

Forêt linceul

Derrière les hirondelles, on peut, depuis le fort, observer la forêt à 360 degrés. Le vert clair des jeunes feuillus se mêle au vert sombre des pins plantés après le conflit.

Cet écrin de verdure a obtenu le label "Forêt d'exception" en 2014.

Dès la fin de la guerre, alors que 20.000 hectares de la Meuse sont ravagés, ce sont les forestiers qui proposent de reboiser les "zones rouges", celles - l'Etat l'a décidé au lendemain de l'armistice - sur lesquelles plus personne ne vivra.

La forêt française de Verdun, étonnant écrin de verdure créé par la Première Guerre mondiale

© Belga Image

La terre, labourée par les millions d'obus qui s'y sont abattus, manque d'humus par endroits et il faut donc reboiser en conséquence. Des milliers de pins noirs d'Autriche, résistants et adaptés au nouvel état du sol, sont plantés: le pays vaincu a proposé de payer une partie de sa dette de guerre en semences.

Entre 1923 et 1931, 36 millions d'arbres sont ainsi plantés au milieu des abris allemands et français, des tranchées et des corps.

Aujourd'hui, sous les orchidées et les pins, environ 80.000 soldats reposent encore.

"Cette forêt est le linceul de 350.000 morts, elle les abrite", explique M. Hirbec. "C'est aussi leur rendre hommage que de la visiter et d'en prendre soin".

C'est pour que ce caractère historique soit préservé que l'Office national des forêts, avec le département et la Fondation française du patrimoine, viennent de lancer une souscription populaire pour aménager des sentiers - à travers les tranchées, les villages détruits, les vestiges d'ouvrages militaires - et conserver la mémoire de la guerre.

En savoir plus sur:

Nos partenaires