L'avion solaire Solar Impulse 2 poursuit son tour du monde

21/05/16 à 19:22 - Mise à jour à 19:23

Source: Afp

L'avion solaire Solar Impulse 2 a repris son tour du monde en décollant tôt samedi d'Oklahoma (centre) pour une nouvelle étape de vol sans carburant, son avant-dernier périple précédant la traversée de l'Atlantique.

L'avion solaire Solar Impulse 2 poursuit son tour du monde

© Belga

L'avion expérimental, qui a décollé à 04H22 (09H22 GMT) de l'aéroport international de Tulsa, devrait atterrir à l'aéroport international de Dayton (Ohio) samedi à 23H00 (dimanche à 03H00 GMT), selon les organisateurs.

Aux commandes, l'homme d'affaires suisse André Borschberg coiffé de lunettes de soleil aviateur, a pris le relais de l'aventurier suisse Bertrand Piccard, aux manettes lors de la précédente étape entre l'Arizona et l'Oklahoma.

"Notre objectif est d'accomplir le premier tour du monde en avion solaire dans le but de démontrer que les technologies modernes et propres peuvent accomplir l'impossible", ont déclaré les organisateurs du projet dans un communiqué.

"C'est beau de regarder SI2 décoller silencieusement. La science-fiction est devenue réalité", pouvait-on lire sur le site du projet.

Les internautes pouvaient suivre en direct le parcours de l'avion et même interroger André Borschberg filmé à l'intérieur du cockpit ne pouvant transporter qu'un seul pilote.

La durée totale de cette douzième étape de leur tour du monde devrait être de 18 heures, soit plus de quatre fois la durée des vols commerciaux actuels. En comparaison, le trajet par la route entre Tulsa et Dayton dure en moyenne 12 heures.

L'escale à Dayton aura une portée particulièrement symbolique car c'est la ville d'origine des frères Orville et Wilbur Wright, deux pionniers américains de l'aviation, connus pour avoir effectué le premier vol avec un aéronef motorisé en 1903.

L'avion SI2 effectuera ensuite sa dernière étape nord-américaine vers New York et traversera l'Atlantique pour se poser en Europe, avant un retour à son point de départ à Abou Dhabi, d'où Bertrand Piccard et son copilote André Borschberg sont partis le 9 mars 2015.

Le tour du monde du SI2 est avant tout destiné à montrer les capacités de l'énergie solaire, même si les deux hommes ne voient pas dans un avenir proche de possibilité pour un avion solaire commercial.

Les ailes de l'avion, qui sont plus larges que celles d'un Boeing 747, portent 17.000 cellules photovoltaïques qui fournissent l'énergie nécessaire aux hélices et aux batteries. La nuit, l'avion vole grâce à l'énergie qu'il a stockée.

Sa vitesse de vol, qui est en moyenne de 45 km/h, peut doubler en pleine exposition au soleil. Après 7 heures de vol samedi, le SI2 survolant le Missouri avait ainsi parcouru quelque 400km, soit plus d'un tiers de l'étape.

Le vol Japon-Hawaii, effectué par André Borschberg, avait quant à lui duré 118 heures, établissant un nouveau record pour un avion solaire, après les 76 heures de Steve Fossett en 2006.

L'équipe qui accompagne le tour du monde de l'avion transporte notamment un hangar gonflable qui peut être installé n'importe où pour protéger l'avion lorsqu'il se pose.

En savoir plus sur:

Nos partenaires