L'association L214 dénonce la croissance (trop) rapide des poulets d'élevage

08/09/17 à 14:51 - Mise à jour à 14:50

L'association de protection des animaux L214 est réputée pour ses vidéos-chocs. Deux nouvelles vidéos dénoncent les conditions d'élevage de poulets de chair en France.

L'association L214 dénonce la croissance (trop) rapide des poulets d'élevage

© Capture d'écran L214

L'association française L214 Éthique & Animaux publie régulièrement des vidéos-chocs dénonçant les conditions de vie, d'élevage et d'abattage des animaux. Pour réaliser ce type de vidéo, l'association s'immisce dans des lieux d'élevage ou d'abattage, par exemple, ce qui leur a notamment valu récemment un procès pour "violation de l'intimité de la vie privée" et "violation du domicile d'autrui". Mais l'association ne compte pas s'arrêter pour autant.

L214 a publié ce 6 septembre deux nouvelles vidéos : une montrant la croissance des poulets dans un élevage (vidéo en bas de l'article) et une dans un abattoir. "Ces nouvelles images, tournées en Vendée en mai 2017, sont typiques du mode de production dominant en France : 35.200 poussins, nés dans un couvoir du groupe, arrivent à 1 jour dans un bâtiment de 1200 m2", explique l'association dans son communiqué de presse. En un mois, les poulets grossissent au point d'en occuper tout l'espace et de ne plus pouvoir bouger.

Et pour cause, "boostés par un accélérateur de croissance", les poulets atteignent 1,4kg en à peine 30 jours - contre 700g pour un poussin de la même origine nourrit de manière classique -, dénonce l'association. Contre nature, leur métabolisme en est entièrement chamboulé, avec un corps anormalement développé pour leur âge. Leur alimentation est stimulée avec des compléments alimentaires et pensée pour permettre une croissance plus rapide des muscles.

L'association dénonce également les conditions d'abattage et d'élevage de la firme, notamment à cause de la présence de nombreux parasites. Les poulets souffrent en l'occurrence de nombreux problèmes de santé (respiratoire, cardiaque, difficulté de déplacement...).

Attention, certaines images de la vidéo peuvent choquer.

En savoir plus sur:

Nos partenaires