L'"Arche de Noé végétale" sollicitée pour la première fois, du fait du conflit syrien

21/09/15 à 14:43 - Mise à jour à 14:43

La Réserve mondiale de semences du Svalbard, précieuse "Arche de Noé végétale" protégeant la diversité génétique des conflits et des catastrophes naturelles, a annoncé lundi qu'elle allait pour la première fois être mise à contribution, du fait du conflit syrien.

L'"Arche de Noé végétale" sollicitée pour la première fois, du fait du conflit syrien

© capture d'écran Youtube

Sa banque de gènes dans la ville syrienne d'Alep ayant été détruite, le Centre international de recherche agricole dans les zones arides (Icarda) a demandé à récupérer des graines pour reconstituer ses stocks dans les pays voisins de la Syrie, mais pas en Syrie même, a déclaré à l'AFP Åsmund Asdal, le coordinateur de la Réserve de semences.

Située sur l'archipel norvégien du Svalbard dans l'Arctique, la Réserve mondiale de semences a pour objet de préserver des échantillons de graines des principales espèces cultivées afin de se prémunir contre les risques de disparition provoqués par les catastrophes naturelles, les guerres et le changement climatique.

Les États et les institutions dépositaires restent propriétaires des semences et peuvent les récupérer à leur convenance.

"C'est la première fois que l'on nous demande à récupérer des graines", a indiqué M. Asdal.

"C'est une mauvaise nouvelle pour l'Icarda et pour la banque de gènes d'Alep qui est détruite mais, pour nous, c'est la confirmation que la Réserve mondiale du Svalbard est une mesure mondiale utile et indispensable", a-t-il ajouté.

Enfoui dans une montagne, l'entrepôt également parfois surnommé "chambre forte du Jugement dernier" est ultra-sécurisé et assure des conditions de conservation optimales. Même en cas de défaillance électrique, les graines seraient conservées à des températures négatives grâce au pergélisol (sol gelé toute l'année).

Selon M. Asdal, la Réserve mondiale abrite aujourd'hui plus de 865.000 variétés déposées par 65 banques de gènes différentes.

Avec AFP

En savoir plus sur:

Nos partenaires