L'abattage d'un gorille pour sauver un enfant provoque un débat aux Etats-Unis

30/05/16 à 21:53 - Mise à jour à 21:53

Source: Afp

L'abattage d'un gorille pour sauver un enfant tombé dans son enclos, a provoqué un débat aux Etats-Unis sur l'opportunité de tuer l'animal, dont l'espèce est menacée de disparition.

L'abattage d'un gorille pour sauver un enfant provoque un débat aux Etats-Unis

Harambe © Reuters

Les employés du zoo de Cincinnati, dans l'est des Etats-Unis, ont dû tuer "Harambe", un gorille des plaines de l'Ouest samedi après la chute d'un garçonnet de trois ans dans la fosse séparant l'enclos du public.

Les images dramatiques du petit garçon poussé par le gigantesque gorille, capturées en vidéo, ont très vite fait le tour du monde.

Les responsables du zoo avaient décidé de ne prendre aucun risque et de tuer l'animal, estimant qu'une anesthésie serait trop lente à agir.

Tout en reconnaissant que le zoo n'avait guère le choix, les critiques s'en sont pris à la disposition des lieux mais aussi aux parents.

"L'enclos aurait dû être entouré d'une seconde barrière pour éviter cela", s'est insurgé l'association de défense des animaux PETA sur Twitter.

"Cette tragédie est la raison même pour laquelle PETA demande aux familles de ne pas se rendre dans des endroits où les animaux sont exposés à la curiosité des humains".

Les parents du garçonnet, qui ont souhaité garder l'anonymat, ont exprimé "leurs remerciements les plus chaleureux" aux responsables du zoo, dans un communiqué.

"Nous sommes conscients qu'il s'agissait d'une décision très difficile pour eux (les responsables du zoo), et qu'ils font le deuil de leur gorille", ont-ils ajouté.

Ce mot n'a pas suffit à apaiser les amis des animaux qui reprochaient aux parents d'avoir laissé l'enfant échapper à leur surveillance.

Lundi après-midi pas moins de 13 pétitions avaient fleuri sur le site spécialisé change.org pour que justice soit rendue à l'animal. L'une des pétitions souhaitait qu'un monument soit construit à la mémoire de Harambe et une autre demandait le boycott du zoo.

En savoir plus sur:

Nos partenaires