Et si les poissons s'adaptaient mieux que prévu au changement climatique?

01/07/12 à 19:23 - Mise à jour à 19:23

Source: Le Vif

Les poissons pourraient s'adapter mieux que prévu à des températures et à une acidité plus élevées des océans, conséquences attendues du changement climatique, estime une étude publiée dans la revue Nature Climate Change.

Et si les poissons s'adaptaient mieux que prévu au changement climatique?

© Thinkstock

Des études menées en Australie sur des poissons clown montrent que les juvéniles résistent mieux à une température et une acidité plus élevée de l'eau si leurs parents ont eux-mêmes fait face à des conditions similaires.

Depuis plusieurs années, des études montrent les conséquences négatives du changement climatique sur nombre d'organismes marins, mais la façon dont les espèces pourraient s'adapter d'une génération à l'autre est plus rarement examinée, soulignent les chercheurs de l'Université James Cook, à Townsville, en Australie.

Pour les océans, qui absorbent le quart du CO2 émis dans l'atmosphère, nos émissions polluantes toujours plus importantes ont deux types d'impacts: un réchauffement de la température de l'eau, lié au réchauffement global, et une acidification liée à la concentration plus importante de CO2.

Lors de cette expérience australienne, menée en aquarium, les chercheurs ont constitué trois groupes de poissons clown adultes soumis, pour le premier groupe, aux concentrations de CO2 actuelles, et pour les deux autres à des concentrations plus élevées. Et les ont laissés se reproduire.

Les juvéniles ont été élevés dans les mêmes conditions de CO2 que leurs parents, avec une exception: une partie de la progéniture des poissons du premier groupe (concentration actuelle de CO2) a été élévée dans des conditions de CO2 plus importantes.

Ces jeunes élevés dans des conditions de CO2 différentes avaient une taille et un poids "sensiblement inférieurs" aux jeunes poissons élevés dans les mêmes conditions que leurs parents, ont constaté les chercheurs. En conséquence, souligne l'étude, "l'influence parentale pourrait être très efficace pour atténuer les conséquences de l'acidification des océans".

Pour les chercheurs, cette adaptation d'une génération sur l'autre pourrait s'expliquer par une "hérédité épigénétique", c'est-à-dire les caractères que des parents transmettent à leurs enfants au-delà de leurs gènes.

Avec Belga.

Nos partenaires