Des thons rouges contaminés après la catastrophe de Fukushima

29/05/12 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Source: Le Vif

Des thons rouges pêchés en Californie quelques mois après l'accident nucléaire de Fukushima ont peut-être transporté des matériaux radioactifs du Japon vers la côte pacifique des Etats-Unis, selon une étude américaine.

Des thons rouges contaminés après la catastrophe de Fukushima

© Thinkstock

Des chercheurs ont trouvé des "niveaux modérément élevés" de deux isotopes radioactifs dans quinze thons rouges pêchés au large de San Diego en août 2011, révèle une étude publiée lundi en ligne par la revue "Proceedings of the National Academy of Sciences".

Les chercheurs estiment cependant que ce taux de radioactivité ne présente aucun risque pour la santé des consommateurs car les niveaux observés sont en-dessous de la limite de sécurité japonaise et inférieurs aux niveaux d'autres isotopes naturellement présents dans le thon.

En comparant ces quinze thons aux thons rouges pêchés dans la même zone avant la catastrophe de Fukushima et aux thons à nageoires jaunes, qui restent dans l'est du Pacifique, pêchés avant ou depuis l'accident nucléaire, les chercheurs ont trouvé des taux légèrement plus élevés de césium-134 et césium-137.

"Ces résultats indiquent que le thon rouge du Pacifique peut transporter rapidement des radionucléides d'un point au Japon vers des écorégions éloignées et démontrent l'importance des animaux migrateurs en tant que vecteurs de transport", expliquent les auteurs de l'étude, Daniel Madigan de l'Université de Stanford en Californie et Zofia Baumann et Nicholas Fisher de l'Université Stony Brook de New York.

La catastrophe de la centrale de Fukushima avait été provoquée par un tsunami consécutif à un violent tremblement de terre d'une magnitude de 9 survenu au large de la côte nord-est du Japon le 11 mars 2011.

Des radiations ont été relâchées dans les airs, le sol et la mer autour de la centrale, forçant des dizaines de milliers de personnes à quitter leurs habitations.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires