Avec des stocks mieux gérés, les quotas de pêche dans l'UE pourraient grossir de 60%

14/11/16 à 17:13 - Mise à jour à 17:13

Source: Belga

Si les stocks de poissons étaient gérés strictement en fonction des études scientifiques, les quotas de pêche dans l'Union européenne pourraient rapidement grossir de près de 60%, affirme lundi Oceana, une ONG spécialisée dans la protection des océans.

Avec des stocks mieux gérés, les quotas de pêche dans l'UE pourraient grossir de 60%

© capture d'écran

L'étude rendue publique lors d'un point presse à Bruxelles "confirme que seulement une minorité des stocks européens peuvent être considérés comme bien gérés", observe l'ONG dans un dossier de presse.

Selon Oceana, 12% des stocks remplissent les engagements de la Politique commune de pêche (PCP) visant à promouvoir une pêche durable qui ne nuit pas à la reproduction des espèces et prévoit des limites de captures (quotas) pour maintenir les stocks à long terme.

L'étude de l'ONG s'est penchée sur 397 stocks de poissons, là où la Commission européenne en suit 150. "Pour la première fois nous connaissons le potentiel de redressement des pêcheries et c'est une bonne nouvelle. Si nous gérons les poissons de manière durable et en se basant sur la science, les prises pourraient augmenter de 57%, ou 5 millions de tonnes", a rapporté Lars Gustavsson, directeur exécutif d'Oceana Europe.

Les prises susceptibles de bénéficier d'une meilleure gestion concernent les harengs et cabillauds de la mer du Nord, certains stocks de harengs dans la mer Celtique, et les sardines dans la mer Cantabrique (sud du golfe de Gascogne). Les prises pour ces stocks pourraient monter jusqu'à plus de 4 fois ce qu'elles sont actuellement après une convalescence totale et une gestion stricte, selon Oceana.

D'après le rapport, "une convalescence totale des stocks de poissons de l'UE signifierait que la somme totale de la biomasse des stocks en mer augmenterait de 51,4 millions de tonnes à 63,5 millions de tonnes, soit une hausse de 24%.

Chaque année, les 28 Etats membres s'accordent sur les taux autorisés de capture (TAC), ou quotas, pour chaque stock de poissons dans les eaux européennes.

Nos partenaires