7 ans après Katrina, la Nouvelle Orléans craint Isaac

26/08/12 à 12:31 - Mise à jour à 12:31

Source: Le Vif

Trois Etats américains bordant le golfe du Mexique (sud-est des Etats-Unis) ont été placés en état d'urgence dimanche soir à l'approche de la tempête tropicale Isaac, a-t-on appris de source officielle.

7 ans après Katrina, la Nouvelle Orléans craint Isaac

© Reuters

Les gouverneurs de Louisiane, du Mississippi et de l'Alabama ont pris cette décision, déjà prise la veille par leur collègue de Floride, alors que la tempête menace de se transformer en ouragan.

Les trois gouverneurs ont par ailleurs émis des ordres d'évacuation obligatoire dans certaines zones menacées alors qu'Isaac doit balayer les côtes américaines du Golfe du Mexique.

"Nous encourageons chacun à se préparer dès à présent" à l'arrivée de la tempête, a déclaré dans un communiqué le gouverneur de Louisiane, Bobby Jindal, insistant sur la nécessité pour chaque famille de faire des réserves d'eau, de nourritures non périssables, de produits d'hygiène, de vêtements et de médicaments en cas de traitement.

Le gouverneur de l'Alabama, Robert Bentley, a également demandé à ses concitoyens de prendre leurs précautions. Phil Bryant, gouverneur du Mississippi, a de son côté indiqué que la menace que représentait Isaac était prise "très au sérieux".

La tempête a balayé l'archipel des Keys et le sud de la Floride, où une alerte à l'ouragan a été décrétée, ainsi que dans d'autres zones de cet Etat, avait indiqué dimanche en fin de matinée.

Dimanche à 11h (17h HB), la tempête se trouvait à 130 km au sud-est de Key West (Floride) et à 180 km à l'est-nord-est de la Havane, à Cuba. Avec des vents de 100 km/h et des rafales parfois plus fortes, elle se déplaçait vers le nord-ouest à environ 30 km/h et pourrait se renforcer pour "atteindre la force d'un ouragan ou une puissance proche de celle d'un ouragan", précisait alors le NHC.

L'oeil (le centre) de la tempête avait atteint l'archipel des Keys dimanche en fin de journée ou dans la nuit, et devrait traverser lundi l'est du golfe du Mexique, où plusieurs groupes pétroliers ont commencé à évacuer du personnel de leurs plates-formes.

La tempête a quitté Haïti dimanche, où elle a fait quatre morts, après avoir traversé Cuba samedi, a rappelé le NHC. Ces intempéries ont conduit le Parti républicain à reporter d'une journée sa convention nationale prévue à Tampa (est de la Floride), qui devrait désormais commencer mardi après-midi au lieu de lundi. Près de 50.000 personnes, dont des journalistes, des délégués et des invités de marque, y étaient attendues. Le gouverneur de la Floride Rick Scott avait décrété samedi l'état d'alerte dans son Etat, afin de mobiliser les secours. Le Pentagone a mis à l'abri une trentaine de ses avions, 22 avions F-16 et huit avions C-130, déplacés de leurs bases de Floride vers le Texas et Porto Rico.

Rappelons qu'Isaac a déjà tué en Haïti. Avec des vents atteignant 95 kilomètres/heure, la tempête a quitté Haïti. Elle et a traversé Cuba samedi en fin de journée, a annoncé le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC).

Parmi les victimes, une fillette de huit ans a été tuée dans l'effondrement du mur de sa maison, un garçon de 6 ans est décédé sous une tente, une femme de 51 ans a perdu la vie après la chute de son toit, et une autre personne est décédée dans un glissement de terrain, a précisé à l'AFP la protection civile.

En outre, 5.000 personnes et dix-huit camps de victimes du tremblement de terre de 2010 ont été évacués, a-t-elle ajouté.

La reconstruction du pays après le séisme, qui a fait plus de 250.000 morts en 2010, est loin d'être achevée et environ 400.000 personnes vivent encore dans des camps de déplacés.

Le président Michel Martelly a suggéré de "profiter de l'occasion pour voir si on ne peut pas retirer définitivement les gens des camps". Il a par ailleurs déploré que seuls deux milliards de dollars d'aide sur les 13 promis après le séisme soient parvenus à Haïti.

Les vents s'étaient calmés samedi soir sur Haïti, mais l'électricité restait coupée dimanche à Port-au-Prince et les communications internet étaient toujoursperturbées, a constaté un correspondant de l'AFP.

Levif.be avec Belga et l'Express

En savoir plus sur:

Nos partenaires