Enseignement supérieur - L'UCL et l'enseignement catholique réclament des amendements au projet Marcourt

20/03/13 à 04:28 - Mise à jour à 04:28

Source: Le Vif

(Belga) L'Université catholique de Louvain (UCL), sept hautes écoles, six écoles supérieures des arts ainsi que la coupole de l'enseignement catholique (SeGEC) ont réclamé dans un courrier au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, aux présidents de partis et aux groupes parlementaires des amendements à l'avant-projet de réforme de l'enseignement supérieur, au terme d'une séries de consultations officielles menées par le ministre Jean-Claude Marcourt (PS).

Ils s'opposent à l'obligation de coorganisation et/ou de codiplomation pour toute nouvelle collaboration ou habilitation, selon eux impraticable sur le terrain au vu du nombre possible de partenaires et contraire à la liberté académique. Ils demandent aussi de revenir sur la notion d'asbl de droit public retenue pour les pôles géographiques et sur les dispositions permettant au gouvernement de se substituer aux assemblées générales des asbl pour la détermination des statuts de celles-ci. Ces dispositions seraient contraires à la liberté d'association. Les rédacteurs du courrier demandent encore de clarifier les compétences des pôles et des zones académiques interpôles, ainsi que de revoir les modalités de représentation des établissements d'enseignement supérieur non-universitaire au sein des instances à créer, et de l'académie unique (ARES) en particulier, où seules 6 hautes écoles sur les 20 seront représentées par l'intermédiaire de leur directeur-président. Jean-Claude Marcourt, de son côté, analyse les avis qu'il a reçus des différentes instances consultées officiellement ces dernières semaines, avait-il indiqué la semaine dernière en commission du parlement. Il a annoncé le dépôt d'un texte au gouvernement pour la semaine prochaine. "Nous verrons alors si le gouvernement peut se rallier à cette proposition ou si nous devons poursuivre les débats et les terminer juste après les vacances de Pâques", avait-il commenté. (BPE)

Nos partenaires