En visite à Beyrouth, Kerry appelle les alliés d'Assad à mettre fin à la guerre en Syrie

04/06/14 à 19:10 - Mise à jour à 19:10

Source: Le Vif

(Belga) Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a appelé mercredi la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais, tous alliés du régime de Bachar al-Assad, à oeuvrer pour mettre fin à la guerre sanglante en Syrie.

En visite à Beyrouth, Kerry appelle les alliés d'Assad à mettre fin à la guerre en Syrie

"Il est de notre devoir, à nous tous, toutes les nations, de tenter de mettre fin à ce conflit et j'en appelle particulièrement à ces nations qui soutiennent directement le régime d'Assad dans ce qui est devenu une démonstration grotesque de guerre moderne d'un Etat contre son propre peuple", a affirmé M. Kerry en visite à Beyrouth. "J'appelle l'Iran, la Russie, j'appelle le Hezbollah, basé ici au Liban, à fournir de véritables efforts en vue de mettre fin à cette guerre", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. "Il est important que nous réalisions tous (l'ampleur) de la catastrophe humaine qui se déroule devant nos yeux et c'est pour cela que nous, aux Etats-Unis, avons travaillé dur en vue d'une solution politique, qui est la seule solution véritable pour ce conflit", a précisé M. Kerry. Interrogé sur la présidentielle organisée par le régime syrien mardi et que Bachar al-Assad est assuré de remporter, M. Kerry a évoqué une "non-élection". Cette "élection est une non-élection, c'est un zéro pointé". En pleine guerre, le scrutin a été organisé dans les zones sous le contrôle du pouvoir, et a été qualifié de "farce" et de "parodie de la démocratie" par l'opposition et ses soutiens occidentaux. A l'occasion de cette visite non annoncée, la première au Liban pour un secrétaire d'Etat américain depuis cinq ans, M. Kerry a annoncé une nouvelle aide de 290 millions de dollars aux réfugiés syriens dans la région, dont "51 millions de dollars (qui) iront directement aux réfugiés du Liban". Dans ce pays, qui accueille plus d'un million de réfugiés ayant fui le conflit qui ravage leur pays depuis trois ans, près du quart de la population est désormais constitué de Syriens. (Belga)

Nos partenaires