En Flandre, un enfant sur trois de moins de cinq ans est d'origine étrangère

27/01/14 à 11:26 - Mise à jour à 11:26

Source: Le Vif

(Belga) Un enfant sur trois de moins de 5 ans est d'origine étrangère en Flandre, ressort-il d'un rapport sur la politique d'intégration de l'administration flamande. Tous âges confondus, la proportion s'élève à 17,5 pc de la population, soit 1,1 million de personnes.

En Flandre, un enfant sur trois de moins de cinq ans est d'origine étrangère

Le rapport prend en compte les personnes de nationalité étrangère ou dont la première nationalité n'est pas belge, ou encore des enfants dont un parent est dans cette situation. Près de la moitié des personnes recensées sont originaires d'un pays de l'Union européenne, dont une majorité des pays voisins. Quinze pour cent proviennent du Maghreb et 10 pc d'un pays candidat à l'Union, dont la Turquie. Dans certaines villes, la proportion de personnes d'origine étrangère avoisine les 50 pc. A Genk, elle est de 54 pc; à Maasmechelen, de 44 pc; à Vilvorde, de 43 pc et à Anvers, de 42 pc. La part de personnes d'origine étrangère va croissant chez les jeunes. Elle s'élève à 32 pc chez les moins de 5 ans et dans certaines villes et communes, il s'agit même de deux enfants sur trois. A Bar-le-Duc, où résident de nombreux Néerlandais, elle atteint 81 pc pour 73 pc à Maasmechelen, 72 pc à Genk, 68 pc à Vilvorde et 67 pc à Machelen. Ce rapport met en avant le statut socio-économique de ces personnes, qualifié de dramatique par le ministre de l'Intégration, Geert Bourgeois, à propos des ressortissants non-européens. Leur taux d'activité est inférieur à 50 pc tandis que ceux qui travaillent gagnent trop peu leur vie. Dans 60 pc des cas, ils se trouvent dans la tranche 0 - 100 euros bruts par jour. M. Bourgeois mise notamment sur une meilleure connaissance du néerlandais pour une amélioration de la situation de ces personnes. "Au niveau flamand, nous investissons dans un mouvement de rattrapage en relevant, entre autres, le niveau linguistique, grâce à des parcours linguistiques plus intensifs au VDAB et en misant sur l'immersion linguistique dans l'enseignement fondamental", a-t-il expliqué. (Belga)

Nos partenaires