Emmanuel Deroubaix condamné pour propos discriminatoires à l'égard d'un journaliste

29/07/14 à 18:08 - Mise à jour à 18:08

Source: Le Vif

(Belga) Le tribunal de première instance de Bruxelles a condamné le 16 juillet dernier l'attaché de presse des célébrités et élu communal MR à Woluwé-Saint-Lambert, Emmanuel Deroubaix, pour discrimination à l'égard d'un journaliste ertébéen se déplaçant en chaise roulante, a confirmé mardi l'intéressé, François Colinet, qui a eu connaissance de la décision lundi soir.

Le journaliste et le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme avaient introduit une action en cessation conjointe après un incident survenu en novembre 2012. Emmanuel Deroubaix était accusé d'avoir tenu des propos discriminatoires à l'égard de François Colinet, ce que le porte-parole avait toujours nié. "Vous êtes handicapé ou journaliste? ", avait demandé Emmanuel Deroubaix, quand le journaliste avait voulu savoir si le lieu de l'interview d'une artiste québécoise était accessible aux personnes à mobilité réduite. "Parce que si vous êtes handicapé et que vous souhaitez profiter de votre situation pour rencontrer l'artiste, c'est envisageable mais c'est autre chose, ce n'est pas du journalisme! " Le porte-parole avait par ailleurs déclaré: "Si cette personne est à même de remplir sa fonction, très bien, mais s'il ne l'est pas, ce n'est pas à moi ou aux gens que je représente à prendre des mesures particulières pour s'adapter au handicap de ce monsieur". Emmanuel Deroubaix et sa société, Full Options Communication, ont été condamnés à indemniser François Colinet à hauteur de 1.300 euros et à la cessation de toute discrimination à son égard. Par ailleurs, la société "C-live", qui collaborait avec Emmanuel Deroubaix pour l'organisation de l'événement, a elle aussi été condamnée à verser 650 euros. "Je suis content de ce jugement car la discrimination est reconnue et permet de clarifier la portée de la loi anti-discrimination", a déclaré François Colinet, contacté par Belga. De son côté, le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'est dit satisfait. "Cette décision montre que la loi contre la discrimination s'applique dans cette situation", explique Jozef De Witte, directeur du Centre. "Le fait de ne pas donner accès ou de fournir un aménagement raisonnable est reconnu comme infraction à la loi". Par ailleurs, la responsabilité partagée de "C-live" est reconnue car "ils ont laissé faire Deroubaix", souligne pour sa part Olivier Rijckaert, avocat au cabinet Sotra, qui représentait le CECLCR. (Belga)

Nos partenaires