Elections14 - La révolution fiscale selon le cdH

01/03/14 à 07:21 - Mise à jour à 07:21

Source: Le Vif

(Belga) Le président du cdH, Benoît Lutgen, présente samedi dans une interview accordée au journal L'Echo la "révolution fiscale" de son parti, une révolution qui selon lui vera basculer 10 milliards d'euros et "créera 140.000 emplois, dopera l'économie, valorisera le travail, simplifiera le système pour qu'il soit juste, efficace et compréhensible par tous et garantira une sécurité fiscale pour tous les citoyens et toutes les entreprises". Melchior Wathelet présente également cette "révolution fiscale" samedi dans le journal Le Soir.

Elections14 - La révolution fiscale selon le cdH

"Aujourd'hui, la fiscalité a perdu de sa légitimité: pour un même revenu, certains paient beaucoup d'impôts, d'autres beaucoup moins... Et surtout, la fiscalité pèse princpalement sur les renvus du travail, alors que tout le monde souhaite créer plus d'emplois.(...) La fiscalité doit peser sur ce qui nuit au bien-être des gens, comme la fraude, la pollution et la spéculation", explique Benoît Lutgen. Et d'insister sur le fait que le cdH veut une stabilité fiscale pendant "au moins dix ans". "On fixe les règles et on rétablit la confiance. Parce qu'à côté de la sécurité sociale, on a besoin d'une sécurité fiscale dans ce pays." Le parti humaniste plaide pour une fiscalité "juste, compréhensive et efficace, qui valorise le travail en permettant de payer moins vite l'impôt, qui créé de l'emploi en diminuant fortement les cotisations sociales". "Et surtout, insiste Benoît Lutgen, nous tenons à proposer une réforme qui soit crédible sur le plan budgétaire: raser gratis, c'est facile, mais la facture après peut être très salée! " Le cdH évoque notamment une modification du système des intérêts notionnels, la création d'une déduction pour investissements, la baisse des cotisations sociales, une diminution du taux actuel d'imposition des sociétés, une taxation des plus-values boursières, une meilleure lisibilité de l'impôt, un accent mis sur la fiscalité environnementale, une réduction de l'impôt des personnes physiques (IPP), un recalcul du mode de prise en compte de la charge familiale dans le calcul de l'IPP, un renforcement de la lutte contre la fraude fiscale, ... Et le président du parti de souligner que "chacune des dépenses est compensée par des recettes. Je souhaite d'ailleurs qu'un organe indépendant comme la Cour des comptes puisse chiffrer les propositions fiscales faites par les partis." Benoît Lutgen en profite également pour critiquer la réforme fiscale proposée par les libéraux, qui selon lui va envoyer le pays "à la banqueroute". (Belga)

Nos partenaires