Elections14 - La reprise économique doit profiter à tous, avertit le PS

29/01/14 à 19:52 - Mise à jour à 19:52

Source: Le Vif

(Belga) A l'heure où une reprise économique se dessine à l'horizon, le PS entend qu'elle profite à tous, a averti mercredi le président, Paul Magnette, lors de la réception de nouvel-an de son parti. A la différence d'autres formations ces dernières semaines, M. Magnette n'a toutefois pas avancé de propositions concrètes. Celles-ci figureront dans le programme du PS en vue des élections du mois de mai à laquelle le parti met la dernière main.

Elections14 - La reprise économique doit profiter à tous, avertit le PS

"Avec le retour annoncé de la croissance, il faut rester vigilant: sans renforcement des mécanismes de redistribution, la croissance risque de profiter surtout aux plus riches. Or, pour le PS, la croissance ne vaut que si elle est partagée par tous, et n'est partagée que si l'autorité publique agit", a déclaré le président du PS. M. Magnette a esquissé quelques uns des enjeux de la prochaine législature: l'emploi des jeunes -thème à propos duquel il a annoncé des "propositions fortes", notamment dans l'enseignement- ainsi que la réforme fiscale que les socialistes ne voient pas comme la distribution de "cadeaux à 20 milliards voire plus aux multinationales et aux rentiers". Le président du PS est aussi revenu sur la législature écoulée, n'hésitant pas à parler d'"années Di Rupo": "Avec le PS, avec un premier ministre issu de ses rangs, ce pays est sorti de la crise la plus grave de son histoire". Selon lui, le PS a tenu ses engagements. M. Magnette a énuméré une série d'acquis qu'il attribue à l'action de son parti: renforcement des Régions, rétablissement des finances publiques, rejet de l'austérité et "des potions amères de la Commission européenne", réforme bancaire, garantie de l'accès aux soins de santé, protection du pouvoir d'achat, sans oublier les combats éthiques, en particulier l'extension de la loi de 2002 sur l'euthanasie aux mineurs. "Et avec nos promesses tenues, il faudrait être d'une mauvaise foi absolue pour ne pas reconnaître que les socialistes ont joué un rôle central dans ce travail", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires