Elections14 - Juncker veut négocier un "deal honnête" avec les Britanniques

23/04/14 à 14:31 - Mise à jour à 14:31

Source: Le Vif

(Belga) S'il est désigné président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker entend négocier un "deal honnête" avec la Grande-Bretagne, dont le Premier ministre David Cameron souhaite revoir les relations avec l'Union européenne. L'ancien Premier ministre luxembourgeois exclut toutefois tout changement des traités européens.

Elections14 - Juncker veut négocier un "deal honnête" avec les Britanniques

A l'occasion d'une conférence de presse pour présenter ses priorités mercredi, le candidat du Parti populaire européen (PPE) a indiqué vouloir trouver une solution à la demande britannique. "Aucun politicien raisonnable ne peut nier le fait que, durant les cinq années à venir, nous devrons trouver des solutions aux préoccupations politiques du Royaume Uni. Nous devrons le faire si nous voulons conserver la Royaume Uni dans l'Union européenne". Les Britanniques ne pourront toutefois pas demander n'importe quoi, a ajouté M. Juncker. "Ma ligne rouge durant ce type de négociations sera de préserver l'intégrité du marché intérieur et ses quatre grandes libertés de circulation (marchandises, services, personnes et argent), et la possibilité de renforcer l'eurozone". Il s'est toutefois dit prêt à accepter un accord qui tienne compte des "spécificités" des Britanniques, mais "le Royaume Uni doit comprendre que nous avons besoin de plus d'Europe dans l'eurozone, et pas de moins". Pour lui, il est hors de question de négocier une révision des traités. Les autres priorités affichées par le candidat à la présidence de la Commission européenne sont la création d'un marché interne digital, une nouvelle union énergétique pour l'Europe, la conclusion d'un accord commercial avec les Etats-Unis et la réforme de l'eurozone, mais avec une attention pour la dimension sociale, a-t-il expliqué. A ses yeux, tout programme d'aide aux pays de la zone euro en difficultés financières devrait à l'avenir être préalablement évalué au niveau de son impact social. "Les conséquences sociales des réformes structurelles doivent être discutées publiquement", a-t-il notamment plaidé. (Belga)

Nos partenaires