Elections14 - A Wezembeek, les conseillers-facteurs n'ont pas eu de directive en matière linguistique

14/05/14 à 18:40 - Mise à jour à 18:40

Source: Le Vif

(Belga) Les cinq conseillers francophones de Wezembeek-Oppem chargés par le conseil de la commune de l'envoi des convocations électorales l'ont fait sans directive au sujet de la langue des dites convocations, a précisé mercredi après-midi, un des chefs de file du groupe "Liste du Bourgmestre-Union". Un des conseillers communaux néerlandophones avait indiqué au début de la journée que les conseillers-facteurs avaient été chargés d'envoyer ces documents dans la langue de l'intéressé. Le ministre des Affaires intérieures flamandes, Geert Bourgeois a aussitôt annoncé qu'il cassait cette décision de la commune située en périphérie de la capitale.

Une lecture attentive d'une copie de l'amendement adopté jeudi matin confirme l'affirmation de Michel Leclaire: "Nous, conseillers communaux de la majorité, après avoir constaté que les membres du collège n'ont pu atteindre le consensus pour l'envoi des convocations électorales concernant les élections du 25 mai 2014, introduisons l'amendement suivant: 1. le retrait de la proposition de l'envoi des convocations tel que prévu dans le dossier du conseil communal; 2. de confier l'envoi des dites convocations par les conseillers suivants: Mme Dufays Catherine: Mme Goethals Alexandra; M. Leclaire Michel; M. Peters André; Van Hoobrouck d'Aspre François", y lit-on. "ous avons agi en notre âme et conscience. Nous sommes partis avec huit bacs de convocations et nous sommes revenus avec quatre d'entre eux", a commenté Michel Leclaire, interrogé par l'agence Belga, sans dire quel procédé ils avaient suivi. La décision du tribunal de première instance de Bruxelles (-ndlr: d'ordonner à la Région flamande de leur délivrer systématiquement en français tous les documents administratifs qui leur sont destinés, sous peine d'une astreinte de 2.000 euros par violation constatée) "tombait à point nommé", a commenté pour sa part François van Hoobrouck, se refusant à dire s'il avait participé à la mission épistolaire et dans quelles conditions. L'ex-bourgmestre, qui se présente comme candidat "libéral indépendant" sur la liste FDF pour la Chambre, n'a toutefois pas caché qu'il continuait d'adopter une attitude "différente" de celle de son successeur, Frédéric Petit (MR) dans ce dossier, comme dans celui de la nomination des bourgmestres des communes à facilités. Frédéric Petit (MR) a été nommé, contrairement à lui-même qui entend "aller jusqu'au bout" dans le recours au Conseil d'Etat contre le refus nomination dont il a fait l'objet. (Belga)

Nos partenaires