Egypte - Trente-sept cadavres à l'hôpital de campagne des pro-Morsi au Caire

27/07/13 à 11:11 - Mise à jour à 11:11

Source: Le Vif

(Belga) Trente-sept cadavres étaient alignés samedi matin dans la morgue improvisée d'un hôpital de campagne tenu par les islamistes partisans du président déchu Mohamed Morsi au Caire, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il s'agit de personnes ayant été tuées par des tirs à balles réelles, lors d'affrontements avec la police aux premières heures samedi, selon des sources médicales sur place, précisant que d'autres corps ont été acheminés vers d'autres établissements. L'hôpital de campagne installé par les partisans de M. Morsi à la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le nord-est du Caire, a quant à lui fait état de 75 morts et 1.000 blessés dans des heurts avec la police sur la route de l'aéroport, non loin de la mosquée, a rapporté l'agence officielle Mena. Ces chiffres n'étaient pas confirmés par le ministère de la Santé, qui diffuse habituellement les bilans des affrontements. Le directeur de l'hôpital de campagne, le Dr Hicham Ibrahim, cité par Mena a précisé que la majorité des morts avaient été atteints par balles à la tête et à la poitrine. Les heurts ont éclaté à l'aube entre manifestants tentant de bloquer un pont routier et policiers qui ont échangé jets de pierres et tirs de gaz lacrymogènes, a indiqué Mena, ajoutant que des tirs de chevrotine d'origine inconnue ont été entendus. De leur côté, les Frères musulmans ont affirmé dans un communiqué que "les forces de sécurité et l'armée ont commis un nouveau crime samedi aux premières heures devant le mémorial de l'autoroute" menant à l'aéroport. Une vidéo diffusée par les partisans de M. Morsi montre un groupe d'hommes, presque tous en civil, s'affrontant à coups de pierres avec des personnes hors du champ de la caméra. Parmi les hommes filmés figurent deux en uniforme de police, dont l'un tire à plusieurs reprises. Un haut responsable de sécurité cité par l'agence Mena dément toute utilisation par les forces de l'ordre de tout autre moyen que les gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. (Belga)

Nos partenaires