Egypte: 5 morts, dont une journaliste, dans des heurts entre policiers et islamistes

29/03/14 à 00:13 - Mise à jour à 00:13

Source: Le Vif

(Belga) Cinq personnes, dont une journaliste égyptienne, ont été tuées vendredi au Caire dans des heurts entre des policiers et des islamistes manifestant contre la candidature de l'ex-chef de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, à l'élection présidentielle.

Egypte: 5 morts, dont une journaliste, dans des heurts entre policiers et islamistes

Des partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi ont défilé dans plusieurs villes du pays vendredi après l'annonce deux jours plus tôt de la candidature de M. Sissi, artisan de l'éviction de M. Morsi en juillet, à l'élection présidentielle pour laquelle il est donné grand favori. Alors qu'elle couvrait une manifestation au Caire, dans le quartier de Aïn Chams, la journaliste Mayada Achraf, qui travaillait pour le quotidien privé Al-Doustour et le site internet Masr Alarabia, a été tuée d'une balle dans la tête, a annoncé un responsable des services de sécurité. Quatre autres personnes ont été tuées et onze blessées dans ce même rassemblement, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur. A travers le pays, 79 pro-Morsi ont été arrêtés en possession de cocktails molotov et de feux d'artifices utilisés pour tirer vers les forces de l'ordre, ajoute le communiqué. Dans son dernier article publié vendredi sur le site d'Al-Doustour, Mayada Achraf affirmait que des combats à balles réelles opposaient des pro-Morsi à des civils qui leur étaient hostiles. La police est ensuite intervenue, et c'est à ce moment que Mme Achraf a été séparée d'un de ses confrères, Mohamed Rabié, qui a ensuite tenté de la joindre au téléphone, a-t-il raconté. "C'est un manifestant qui m'a répondu et qui m'a dit qu'elle était morte", a expliqué M. Rabié qui a retrouvé plus tard le corps de la journaliste dans une mosquée où des islamistes l'avaient transporté. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a accusé les partisans de M. Morsi d'être responsables des morts. Un des manifestants a pour sa part affirmé que la police avait ouvert le feu au moment où le rassemblement commençait à se disperser. (Belga)

Nos partenaires