Echanges acerbes du MR et du PS avec Ecolo

06/02/13 à 13:22 - Mise à jour à 13:22

Source: Le Vif

(Belga) La Chambre a entamé mercredi matin la discussion en séance plénière du budget 2013 élaboré à la fin de l'année dernière. Le but du gouvernement est de maintenir le déficit à 2,15% du PIB. Toutefois, certains paramètres se sont modifiés depuis l'élaboration du budget et un contrôle budgétaire est déjà prévu en mars.

Echanges acerbes du MR et du PS avec Ecolo

La discussion ne devrait rien apporter de neuf. Chacun a déjà eu le temps de dire et redire le bien ou le mal qu'il pense des décisions. Cela n'empêche pas le débat de s'annoncer long puisque pas moins de 68 députés se sont inscrits Un des sujets qui a provoqué quelques échanges animés entre les bancs de la majorité et de l'oppositon a été celui de l'avenir des intérêts notionnels. Pour Ecolo, Muriel Gerkens a rappelé la position de son parti à l'égard de ce mécanisme en soulignant les chiffres récemment publiés et selon lesquels certaines grandes entreprises ne payent quasi pas d'impôt. La chef de groupe écologiste a été interrompue par le chef de groupe MR Daniel Bacquelaine. "Comment expliquez-vous alors que le gouvernement wallon dont vous faites partie fait le 'pub' des intérêts notionnels à l'étranger avec l'Awex? ", lui-a-il demandé. "Oui mais c'est l'Awex qui fait cette publicité", lui a répondu Mme Gerkens à qui M. Baqueclaine a ensuite rappelé que l'Awex dépend du gouvernement wallon dont font partie les ministres Ecolo Jean-Marc Nollet et Philippe Henry. Finalement, la députée Zoé Genot est venu au secours de Mme Gerkens: "Si on distribue des milliards, autant qu'on les distribue en Wallonie". "Si je comprends bien, Mme Genot défend les intérêts notionnels en Wallonie mais pas en Flandre et à Bruxelles", a répliqué M. Bacquelaine. Muriel Gerkens a alors repris la main en soulignant que l'Awex défend les outils qui existent. Elle a encore insisté sur le fait que les écologistes ne veulent pas supprimer le système mais le conditionner. Avant cet échange, Mme Gerkens qui critiquait la politique budgétaire du gouvernement avait été interrompue par Christiane Vienne (PS). "La différence entre vous et nous c'est que nous nous prenons nos responsabilités. Vous, votre seule responsabilité consiste à parler", lui a lancé Mme Vienne. (NICOLAS MAETERLINCK)

Nos partenaires