Droits de l'homme: "les francophones de Flandre roulés dans la farine"

25/09/13 à 12:42 - Mise à jour à 12:42

Source: Le Vif

(Belga) La Belgique a trompé les Nations Unies et les francophones qui vivent en Flandre, a dénoncé mercredi l'Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF) à propos du bilan à mi-parcours de l'Examen périodique universel de la Belgique au Conseil des droits de l'homme.

Droits de l'homme: "les francophones de Flandre roulés dans la farine"

En mai 2011, la Belgique a accepté 88 recommandations de ses pairs sur la question des droits de l'homme dans le cadre de cet examen. Elle avait laissé en suspens la recommandation relative à la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales, dont les francophones réclament la ratification. Dans son bilan à mi-parcours présenté la semaine passée, la Belgique n'évoque pas ce point, au grand dam de l'APFF qui y voit la trahison des engagements pris à l'égard de la société civile. L'association des francophones de Flandre évoque les réunions de mai et juin au cours desquelles plusieurs organisations, dont l'APFF, ont été consultées. "Nous nous sommes rendus à cette réunion avec un esprit positif et nous avons été roulés dans la farine. Il n'y pas une trace de ce qui été dit", a expliqué le secrétaire, Edgar Fonck. L'APFF a dénoncé la pression des nationalistes flamands dans ce dossier. "Je pense que Didier Reynders (ministre des Affaires étrangères) a réellement essayé de relancer les réunions de la Conférence interministérielle de la politique étrangère qui doivent définir le concept de minorité nationale mais la pression flamande est telle qu'il n'a pas la capacité d'agir. Le 17 juin, nous avons eu une discussion ouverte avec lui mais il est dans l'impossibilité de faire avancer ce dossier par la faute des nationalistes flamands", a souligné M. Fonck. L'association des francophones de Flandre réclame la création d'un Institut des droits de l'homme, comme l'ont proposé certains parlementaires, dont Georges Dallemagne (cdH), qui aborderait cette question des minorités de manière plus sereine. (Belga)

Nos partenaires