Dragone prêt à se retirer de Mons et Waterloo 2015

07/02/13 à 10:45 - Mise à jour à 10:45

Source: Le Vif

(Belga) Franco Dragone a émis le souhait de se retirer de deux importants projets culturels wallons: la cérémonie de clôture de Mons 2015, capitale européenne de la culture, et la création d'une scénographique en trois dimensions à l'occasion du bicentenaire de la bataille de Waterloo, peut-on lire jeudi sur le site du Vif/L'Express. Ses soucis judiciaires et la Région wallonne seraient à l'origine de cette demande.

Dragone prêt à se retirer de Mons et Waterloo 2015

Selon le Vif, des conseillers juridiques de la Région wallonne ont approché l'entourage de Dragone pour lui suggérer de faire un pas de côté afin d'éviter tout amalgame entre les préventions au coeur de l'instruction judiciaire en cours à Mons, et ces deux grands projets culturels. "Une manoeuvre qui viserait notamment à 'protéger' le ministre PS wallon du Tourisme, Paul Furlan, dont l'image et l'ambition politique pourraient être écornées au cas où l'enquête judiciaire tournerait mal", écrit le magazine. De son côté, Franco Dragone a communiqué en décembre dernier à Yves Vasseur et Benoît Remiche, chevilles ouvrières respectives de Mons et Waterloo 2015, son souhait de se désengager artistiquement de leurs projets. Contacté par Le Vif/L'Express, Benoît Remiche a confirmé l'information, tout en précisant n'avoir pas encore reçu de communication officielle de la part du metteur en scène. Yves Vasseur, commissaire de Mons 2015, affirme lui ne pas être au courant. A Mons, Franco Dragone devait superviser artistiquement le spectacle qui sera donné lors de la "fête d'automne" prévue en octobre 2015. A Waterloo, il devait mettre en scène de manière interactive la bataille de Waterloo en recourant notamment à la projection de films en trois dimensions. En janvier, le magazine Le Vif/L'Express avait révélé que le metteur en scène louviérois est suspecté par la justice montoise d'"infractions fiscales internationales graves", faits de "blanchiment d'argent", "travail au noir" et "fraude aux subsides". Le Franco Dragone Entertainment Group a annoncé mercredi qu'il allait porter plainte pour calomnie et diffamation à la suite de la publication de cet article, contre l'ancien collaborateur du groupe cité dans le magazine et contre la direction de Roularta. (KRISTOF VAN ACCOM)

Nos partenaires