Doublement du nombre de drogues découvertes en Belgique en 2012

28/05/13 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Le Vif

(Belga) En 2012, 73 nouvelles substances psychoactives ont été découvertes à travers l'Europe. Les cannabinoïdes synthétiques, qui imitent les effets de la substance active présente dans le cannabis végétal, étaient les plus représentés avec une trentaine de substances.

Doublement du nombre de drogues découvertes en Belgique en 2012

En Belgique, comme en Europe, rien n'indique un ralentissement de la fréquence d'apparition de ces nouvelles drogues. Le nombre de substances psychoactives découvertes sur une période d'un an dans notre pays a ainsi doublé, ressort-il du "Rapport européen sur les drogues 2013: tendances et évolutions" de l'Agence sur les drogues de l'Union européenne, rendu public mardi. Ces substances ont pratiquement la même structure de base que les drogues illégales dites classiques, mais présentent une structure chimique légèrement différente qui leur permettait d'échapper jusqu'il y a peu à la législation belge anti-drogues. En avril, les autorités ont fait le nécessaire afin de pallier cette situation. S'agissant des drogues classiques, l'héroïne voit sa consommation et sa disponibilité perdre du terrain dans toute l'Europe. Entre 2007 et 2011, la proportion de personnes déclarant avoir recours à l'injection d'opiacés, tels que l'héroïne, a chuté de 16% en Belgique. Le nombre de demandes de traitement pour des problèmes liés à la cocaïne, une substance dont la consommation est sensiblement moins fréquente que celle du cannabis, a chuté de 1.308 en 2009 à 764 en 2011. Concernant les drogues synthétiques, l'ecstasy et les amphétamines sont les substances les plus consommées. Sur toute la Belgique en 2011, 250 personnes ont entamé pour la première fois un traitement pour un problème relatif aux amphétamines et une vingtaine ayant consommé de l'ecstasy ont fait la même démarche. L'Agence sur les drogues de l'Union européenne note qu'en Europe, "l'usage d'ecstasy perd chaque année du terrain, sans doute à cause de la mauvaise qualité des produits, mais certains signes laissent présager d'un regain d'intérêt pour cette drogue", tandis que la consommation d'amphétamines est elle stable, voire légèrement à la baisse. (Belga)

Nos partenaires