Disparition d'un Boeing en Malaisie - "Il est prématuré de lancer des recherches sous-marines"

24/03/14 à 16:44 - Mise à jour à 16:44

Source: Le Vif

(Belga) Le bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français a estimé lundi qu'il était prématuré de lancer des recherches sous-marines pour tenter de localiser l'avion du vol MH370, soulignant que le préalable était de définir une zone de recherches "plus restreinte".

"Il convient de noter que les informations disponibles aujourd'hui conduisent à effectuer des recherches en surface afin d'identifier des débris repérés dans le sud de l'Océan indien dans des zones extrêmement vastes qui ne permettent pas, à ce stade, d'envisager des recherches sous-marines", selon le BEA, qui avait dépêché trois enquêteurs à Kuala Lumpur. Ce communiqué intervient peu après l'annonce par le gouvernement malaisien que l'appareil s'est abîmé dans l'Océan indien et qu'il n'y a pas de survivant. "Une phase sous-marine pour tenter de localiser l'avion du vol MH 370 ne pourra être lancée que si les actions en cours permettent de définir une zone de recherches plus restreinte que les zones de recherche actuelles", ajoute le BEA. Il précise par ailleurs que ses enquêteurs, qui avaient été dépêchés sur place, étaient revenus de Kuala Lumpur "ce week-end". "Au cours de leur semaine de travail aux côtés de leurs homologues américains et anglais, ils ont fait part aux autorités malaisiennes de leur expérience dans l'organisation de recherches sous-marines acquise notamment lors des recherches de l'épave de l'avion du vol AF447 Rio Paris entre 2009 et 2011", poursuit-il. "Ils ont ainsi pu conseiller leurs interlocuteurs sur les moyens à mobiliser si des phases de recherches sous-marines devaient être lancées pour retrouver le Boeing 777". Le BEA, qui rappelle que la communication sur l'enquête relève exclusivement des autorités malaisiennes, reste en contact avec ces autorités. Il avait fallu 23 mois aux enquêteurs du BEA pour localiser l'épave de l'Airbus A330 d'Air France qui s'était abîmé dans l'Atlantique au large des côtés brésiliennes. Les boîtes noires avaient été repêchées à 3.900 mètres de profondeur. (Belga)

Nos partenaires