Di Rupo: "on ne peut accepter cet espionnage de qui que ce soit"

24/10/13 à 17:09 - Mise à jour à 17:09

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre Elio Di Rupo a condamné jeudi les pratiques d'espionnage dont sont victimes les Européens, à son arrivée à un sommet européen où cette question sera abordée. "On ne peut accepter cet espionnage de qui que soit", a-t-il dit, sans nommer explicitement les Etats-Unis.

Di Rupo: "on ne peut accepter cet espionnage de qui que ce soit"

M. Di Rupo a appelé à "prendre des mesures" et à "trouver des collaborations pour que cesse cette attitude". Il ne s'attend toutefois pas à des décisions concrètes dès le sommet de jeudi. Interrogé sur les affaires d'espionnage qui ont visé Belgacom, M. Di Rupo s'est voulu prudent. "Avant que je m'exprime, je voudrais avoir des certitudes sur qui je peux accuser", a-t-il dit, précisant être en contact avec la Sûreté de l'Etat et le parquet fédéral. Mais "le phénomène d'espionnage existe aussi dans notre pays", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires