Des volontaires à la police: Milquet ne se prononce pas

11/10/12 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Le Vif

(Belga) La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet ne se prononce pas à ce stade sur l'opportunité de faire appel à des volontaires pour remplir certaines tâches administratives au sein de la police. En revanche, la ministre ferme la porte à toute suggestion qui consisterait à faire exécuter des tâches opérationnelles par des volontaires.

Le quotidien De Tijd a relayé jeudi l'appel lancé par le chef de corps de la police locale de Hasselt de renforcer la police belge par des volontaires. Ce dernier a souligné que la police avait de plus en plus de tâches à remplir, or les temps budgétaires ne sont guère propices aux engagements massifs et pourtant de nombreux policiers vont partir à la pension, les charges de pension augmentant à vue d'oeil. La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet, qui a pris des mesures pour l'engagement de policiers, ne se prononce pas à ce stade sur l'engagement de volontaires. "Si le chef de zone à Hasselt a des propositions à faire, il peut les introduire auprès de la Commission permanente de la police locale qui les analysera et fera rapport", a-t-elle indiqué à l'agence BELGA, précisant qu'elle n'avait été avisée d'aucune demande en ce sens, ni officiellement ni officieusement. En revanche, pour la ministre, il ne peut être question que des "volontaires non formés" puissent remplir des "missions opérationnelles". Dans le Tijd, le chef de zone évoquait notamment la possibilité de les voir "régler la circulation". C'est "non", répond Joëlle Milquet. Autre chose serait de leur confier des tâches de "gardien de la paix" par exemple pour "surveiller les entrées d'écoles". Mais à ce stade pas de commentaire, insiste la ministre. C'est bien la Commission permanente de la police locale qui est l'interlocuteur privilégié. (OCH)

Nos partenaires