Des soldats ont été gazés lors de nouveaux incidents, affirme l'ambassadeur syrien à l'ONU

28/08/13 à 21:09 - Mise à jour à 21:09

Source: Le Vif

(Belga) L'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar Jaafari a affirmé mercredi que des dizaines de soldats syriens avaient inhalé des gaz toxiques et a demandé à l'ONU d'enquêter sur ces nouveaux incidents "odieux".

Des soldats ont été gazés lors de nouveaux incidents, affirme l'ambassadeur syrien à l'ONU

M. Jaafari a demandé au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de prolonger la mission de l'équipe d'experts de l'ONU, qui est actuellement en Syrie pour enquêter sur une attaque chimique présumée de la part des forces syriennes près de Damas datant du 21 août. Selon l'ambassadeur, "des dizaines" de soldats syriens ont été soignés dans les hôpitaux après des incidents survenus les 22, 24 et 25 août dans les faubourgs de Damas. Il n'a pas fourni davantage de détails. Il s'exprimait au moment où les ambassadeurs des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité discutaient à huis clos d'un projet britannique de résolution qui justifierait une frappe militaire contre le régime syrien. Un porte-parole des Nations unies a indiqué que l'ONU n'avait pas encore reçu de lettre formelle de la part de Damas à ce propos. Il a rappelé que "la priorité" pour les enquêteurs de l'ONU était de tirer au clair l'incident du 21 août dans la Ghouta, à la périphérie de Damas, tout en n'excluant pas qu'ils passent ensuite à d'autres sites. Il a cependant précisé que l'ONU n'avait pas demandé que la période initiale de 14 jours que devait durer la mission d'enquête -- et qui expire ce week-end -- soit prolongée. Les enquêteurs "poursuivent leur travail (...), ils partiront quand ils auront le sentiment d'avoir terminé leur mission", a-t-il déclaré. La décision de quitter la Syrie "est entre les mains du chef de l'équipe", le Dr Aake Sellström. Les experts des Nations unies ont besoin de quatre jours pour achever leur travail sur place, a déclaré mercredi le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. (Belga)

Nos partenaires