Des milliers de places en crèches menacées par un décret flamand, selon les FDF

14/02/14 à 17:23 - Mise à jour à 17:23

Source: Le Vif

(Belga) Les FDF ont vertement critiqué vendredi les partis francophones signataires de la réforme de l'Etat pour n'avoir pas tenu compte dans les discussions des répercussions néfastes du décret de la Communauté flamande instaurant des limites linguistiques pour l'exploitation de crèches dépendant de Kind en Gezin, pendant flamand de l'ONE.

Des milliers de places en crèches menacées par un décret flamand, selon les FDF

Face aux menaces directes que ce décret fait planer sur des milliers de familles francophones, ils ont pressé la Fédération Wallonie-Bruxelles d'agir pour faciliter l'agréation de crèches francophones directement menacées de fermeture par la Communauté flamande. Le décret impose l'obligation de connaissance du néerlandais aux responsables de crèche ou d'une maison d'accueil agréée par Kind en Gezin dont les normes sont plus souples que celles de l'ONE et, à Bruxelles un quota de places 'néerlandophones'. L'écart de normes explique le nombre de significatif de places Kind en Gezin ouvertes par et pour des francophones à Bruxelles et en périphérie. Selon les FDF, l'exigence linguistique flamande aboutit à une forme de discrimination, contraire au Traité de l'Union Européenne. Elle nécessite en outre de suivre jusqu'à 440 heures de cours. Conséquence, disent-ils: entre 4.000 et 6.000 places d'accueil et jusqu'à 260 emplois à Bruxelles et en périphérie risquent de disparaître sous peu. Les FDF pointent du doigt la majorité de l'olivier en fédération Wallonie-Bruxelles qui n'a pas assoupli les normes d'accueil fixées par l'ONE, n'a pris une disposition d'agrément transitoire. Les députées bruxelloises Caroline Persoons et Martine Payfa, l'échevin de la Petite enfance de Schaerbeek Michel De Herde, et les élus de la périphérie Corinne François et Eric Libert ont annoncé le dépôt de motions via les conseils communaux et parlements francophones pour infléchir la position de la Fédération. Ils vont aussi relancer la plainte qu'ils avaient adressée à la Commission européenne, les arrêtés d'application du décret flamand ayant été pris récemment. Les FDF comptent enfin beaucoup sur le recours en annulation introduit à la Cour Constitutionnelle contre le décret flamand par la CoCoF et par le parlement de la fédération Wallonie Bruxelles. (Belga)

Nos partenaires