Des Kurdes affluent par centaines de Turquie pour combattre les jihadistes

15/07/14 à 19:45 - Mise à jour à 19:45

Source: Le Vif

(Belga) Des centaines de combattants kurdes de Turquie ont afflué en Syrie ces derniers jours pour combattre les jihadistes de l'Etat islamique (EI), qui assiègent la ville kurde d'Aïn al-Arab, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des Kurdes affluent par centaines de Turquie pour combattre les jihadistes

"Pas moins de 800 combattants kurdes venus de Turquie ont franchi la frontière syrienne au cours des derniers jours pour prêter main-forte à leurs frères à Aïn al-Arab, qui est (...) assiégée par les jihadistes de l'EI", a expliqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. "Cette mobilisation a été lancée après l'appel du PKK" -- le Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie --, a précisé M. Abdel Rahmane. Outre la Turquie, le PKK a des branches en Iran, en Irak et en Syrie. "Ils se préparent à un assaut éventuel de l'Etat islamique", a poursuivi M. Abdel Rahmane. Située à la frontière avec la Turquie, Aïn al-Arab/Kobane est la troisième ville kurde de Syrie après Qamishli (nord-ouest) et Afrine (Alep). Pour les jihadistes de l'EI, qui cherchent à établir leur autorité du nord-ouest de la Syrie jusqu'à l'est de l'Irak, la prise d'Aïn al-Arab permettrait d'obtenir une continuité territoriale sur une grande partie de la frontière entre la Syrie et la Turquie. "C'est une bataille vitale pour les Kurdes, car s'il prend Aïn el-Arab, l'EI avancera plus rapidement à l'est vers les autres régions kurdes de Syrie comme Hassaka (nord-est)", dit M. Abdel Rahmane. Depuis l'apparition de l'EI en Syrie en 2013, les combats font rage entre Kurdes et jihadistes, les premiers défendant à tout prix leurs zones où ils avaient instauré une sorte d'autonomie depuis le début de la guerre en Syrie. (Belga)

Nos partenaires