Des entreprises s'engagent à Bruxelles pour un commerce respectueux des enfants

03/12/12 à 13:20 - Mise à jour à 13:20

Source: Le Vif

(Belga) Plusieurs dizaines d'entreprises établies en Belgique participaient lundi, au Palais d'Egmont à Bruxelles, à un premier forum sur le respect des droits des enfants dans les principes d'affaires, qu'il s'agisse de commerce en Belgique ou dans les filiales et fournisseurs à l'étranger.

Des entreprises s'engagent à Bruxelles pour un commerce respectueux des enfants

La lutte contre l'exploitation des enfants, la protection des jeunes travailleurs, l'engagement pour des pratiques commerciales et publicitaires respectueuses, le soutien aux projets scolaires (environnement, éducation), etc, sont autant d'objectifs pour lesquels se sont engagées une septantaine d'entreprises, pour beaucoup multinationales. Elles cherchent ainsi à respecter dix principes édictés par le Pacte mondial des Nations unies, en coopération avec l'Unicef et l'ONG Save The Children. "Les entreprises sont demandeuses", a souligné Iris Van der Veken, du Réseau du Pacte mondial en Belgique, créé il y a deux ans. Outre la prise en considération des menaces qui pèsent sur les enfants, les entreprises peuvent aussi envisager des opportunités dans leurs relations commerciales, a fait observer Bo Viktor Nylund (Unicef). "Dans des pays où il est parfois difficile d'évoquer les droits de l'homme, les droits des enfants constituent toujours une porte d'entrée", a-t-il ajouté à l'adresse des entrepreneurs. Le forum est soutenu par la Fondation Roi Baudouin et les Affaires étrangères. Présente à l'ouverture, la princesse Mathilde, présidente d'honneur de l'Unicef, a souligné le rôle pionnier de la Belgique dans cette initiative. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a pour sa part insisté sur le rôle du commerce et de l'intégration économique dans le progrès de la démocratie et des droits humains à l'échelle mondiale. Il a aussi souligné que la détection des atteintes aux droits de l'enfant dans les entreprises était une responsabilité partagée entre celles-ci et les pouvoirs publics. (BENOIT DOPPAGNE)

Nos partenaires