Des bus hybrides à la STIB - Huytebroeck veut remettre le sujet sur la table du gouvernement

11/06/13 à 15:15 - Mise à jour à 15:15

Source: Le Vif

(Belga) La ministre bruxelloise de l'Energie et de l'Environnement Evelyne Huytebroeck veut mettre sur la table du gouvernement bruxellois le dossier du choix de bus hybrides diesel-électricité pour remplacer le système de propulsion au diesel exclu des commandes à partir de 2016.

Des bus hybrides à la STIB - Huytebroeck veut remettre le sujet sur la table du gouvernement

Faisant référence à des informations diffusées mardi par le quotidien Le Soir sur les doutes d'experts sollicités par la STIB, au sujet des arguments retenus pour faire ce choix plutôt que celui de l'alimentation au gaz naturel, la ministre Ecolo exige que la décision soit prise sur une base rationnelle et objective. Selon Le Soir, une note de la STIB, remise par le cabinet de la ministre Grouwels le 28 mars au gouvernement bruxellois, plaide en faveur des bus diesel hybrides au détriment des bus au gaz pour des questions de sécurité. Mais elle serait contestée par les experts mêmes de la STIB. Selon Marc-Jean Mestrel, de la société d'expertises européennes qui assiste notamment Bruxelles, Lille et les TEC en Région wallonne, "l'interprétation qui a été faite des mesures de prévention dont nous sommes les auteurs est tendancieuse". D'après cet expert, les risques d'accidents des nouvelles technologies sont, de plus, méconnus notamment en ce qui concerne l'hybride. Réagissant mardi après-midi, la ministre bruxelloise de l'Environnement et de l'Energie s'est dite fortement interpellée par cette information. "Les déclarations des experts semblent en totale contradiction avec la note remise au gouvernement. Au-delà des questions de déontologie, cela pose problème sur la manière de gérer ce dossier" a dit Mme Huytebroeck. A ses yeux, si, comme le disent les experts, les conclusions du rapport ont été tronquées, il faut apporter toute l'objectivité nécessaire et faire prévaloir les arguments économiques, environnementaux et de sécurité. Evelyne Huytebroeck refuse en tout cas qu'une décision sur un marché de "près de 50 millions d'euros" puisse être engagée sur "un parti pris". (Belga)

Nos partenaires