Déjà plus très verts, les agrocarburants coûtent aussi fort cher

17/04/13 à 16:55 - Mise à jour à 16:55

Source: Le Vif

(Belga) Les Etats membres de l'Union européenne ont dépensé en 2011 quelque 10 milliars d'euros, soit l'équivalent du récent plan de sauvetage de Chypre, pour soutenir l'industrie des agrocarburants, dénoncent mercredi une étude cofinancée par différentes organisations européennes de défense de l'environnement, dont Inter-Environnement Wallonie (IEW).

Déjà plus très verts, les agrocarburants coûtent aussi fort cher

Ce soutien public représentait "plus de la moitié du chiffre d'affaire du secteur des agrocarburants", évalué entre 13 et 16 milliards d'euros en 2011, ce qui relativise, selon elles, l'intérêt économique de ces produits énergétiques déjà très critiqués sur le plan environnemental. Ces associations plaident en conséquence pour un "gel" du niveau d'utilisation d'agrocarburants, dont le bénéfice pour le climat serait tout relatif, voire négatif selon certaines études. Ils sont en outre accusés d'alimenter l'accaparement des terres ainsi que la volatilité des denrées alimentaires. Le montant de 10 milliards d'euros avancé par l'étude reprend l'ensemble du soutien annuel à l'industrie des agrocarburants dont les exemptions de taxes (5,8 milliards), les obligations d'incorporation dans les carburants (entre 318 et 736 millions pour l'agroéthanol et entre 3,1 et 4,1 milliards pour l'agrodiesel), ainsi que le financement de recherche et développement (52 millions). En Belgique, ce soutien public aux agrocarburants se chiffrerait à un montant de l'ordre de 70 à 150 millions d'euros annuels, notamment sous forme d'exemptions d'accises sur l'agroéthanol et l'agrodiesel, présents respectivement en 2010 à hauteur de 6% dans l'essence, et 4,5% dans le diesel vendus chez nous. Vu le moindre contenu énergétique des agrocarburants, le surcoût total annuel est estimé par IEW à 200 millions d'euros. "Nous savions déjà que la politique européenne de promotion des agrocarburants n'aidait pas le climat. Cette étude démontre qu'elle n'aide pas non plus notre économie", pointe Noé Lecoq, d'Inter-Environnement. (Belga)

Nos partenaires