Décès Martens - La presse flamande salue l'homme d'Etat et de devoir

11/10/13 à 04:31 - Mise à jour à 04:31

Source: Le Vif

(Belga) La presse néerlandophone saluait unanimement vendredi "l'homme d'Etat" et "de devoir" que fut l'ancien Premier ministre Wilfried Martens, décédé d'un cancer jeudi à l'âge de 77 ans.

Un "serviteur invétéré" pour qui la rue de la Loi était un lieu de devoir, ainsi le dépeint Jan Segers dans Het Laatste Nieuws. M. Martens a donné à la Belgique et à la Flandre "une forme nouvelle", ce qui "mérite un grand respect". "La conscience du devoir jusqu'au dernier jour", titre la Gazet van Antwerpen, pour qui la Belgique perd l'un de ses responsables politiques les plus importants de l'après-guerre, un homme d'Etat "pur sang" (en français dans le texte), selon Paul Geudens. A ses yeux, le chrétien-démocrate flamand a fait preuve de courage pour affronter la crise des années '80, et c'est sous sa direction que la Belgique s'est extirpée de la faillite économique. Pour Eric Donckier (Het Belang van Limburg), Wilfried Martens "plaçait l'intérêt de l'Etat au-dessus de tout, travaillait jour et nuit", avec pour revers à cette médaille l'éloignement de sa famille et du monde. "Le devoir et le décorum collaient à Wilfried Martens", écrit Liesbeth Van Impe (Het Nieuwsblad). Celui qui a dirigé neuf gouvernements a "rebâti le pays en un Etat fédéral". Mais c'est aussi sous sa direction que la dette publique a explosé et que le fossé avec le citoyen est apparu, note-t-elle également. "Soudé au pouvoir, mais avec un palmarès impressionnant", résume-t-elle. "Un homme d'Etat de chaque seconde", souligne pour sa part Bart Sturtewagen (De Standaard). A ses yeux, le décès de M. Martens souligne combien la politique a changé, elle qui est devenue plus instable alors qu'elle était plus prévisible auparavant. Mais aujourd'hui encore, la démocratie a besoin de dirigeants, souligne-t-il. Yves Desmet, dans De Morgen, énumère ses souvenirs avec l'ancien Premier. Personne plus que Martens ne s'est autant indentifié à sa fonction, estime-t-il. (Belga)

Nos partenaires