Danny Pieters exige sa prime de départ - La seule solution est de supprimer le système

02/10/13 à 12:13 - Mise à jour à 12:13

Source: Le Vif

(Belga) Tant que la tentation de la grosse indemnité de sortie actuelle existe, il y aura toujours des parlementaires qui ne pourront pas y résister. La seule solution est de supprimer le système, affirme mercredi le porte-parole de la N-VA, en réaction au fait que l'ancien président du Sénat Danny Pieters (N-VA), parti à la KULeuven, exige sa prime de sortie, alors qu'il en a auparavant été un fervent pourfendeur.

Au système qui prévaut actuellement s'applique selon le porte-parole le principe "Damned if you do, damned if you don't". En tant qu'ancien président du Sénat, on a droit à cette indemnité de sortie. Si on la laisse tomber, on perd l'argent, mais si on l'empoche, un jugement moral suit immédiatement, explique-t-il. "Tant que le système existe, cela fait partie des conditions de travail du parlementaire, et il y aura toujours des gens pour y prétendre. La seule solution, c'est de le supprimer", poursuit le porte-parole. Il renvoie également aux accords que les partis ont conclus au parlement flamand. Ils prévoient que l'indemnité ne peut pas être versée en cas de départ volontaire, à moins que ce départ soit lié à des raisons de santé ou de non réélection. Dans ce dernier cas, l'indemnité est également limitée. (Belga)

Nos partenaires