Dalligate: appels à la démission du patron de l'office antifraude de l'UE

23/04/13 à 20:07 - Mise à jour à 20:07

Source: Le Vif

(Belga) L'office antifraude de l'UE (OLAF) et son directeur-général Giovanni Kessler ont commis des fautes graves dans l'enquête relative au scandale de corruption impliquant l'ancien commissaire John Dalli, selon le rapport annuel du Comité de surveillance de l'OLAF, présenté mardi en commission de contrôle budgétaire du Parlement européen. Les Verts et le centre-droit (PPE) ont réitéré leurs appels à la démission.

Dalligate: appels à la démission du patron de l'office antifraude de l'UE

Soupçonné de corruption, John Dalli a été contraint de démissionner en octobre dernier dans des circonstances qui restent floues. Un lobbyiste aurait promis à un fabricant de tabac suédois des aménagements législatifs favorables, en échange d'une somme d'argent, sans que M. Dalli, informé de l'affaire, ne s'y oppose. L'OLAF enquêtait sur cette affaire depuis mai. Dans son rapport, le comité de surveillance de l'OLAF pointe des erreurs de jugement et de procédure dans le chef de M. Kessler. La crédibilité des témoins et la légalité des procédures n'ont pas été suffisamment vérifiées. Certaines méthodes sont entachées d'illégalité, notamment un enregistrement téléphonique. Le comité de surveillance reproche aussi à M. Kessler d'avoir demandé à un témoin de mentir publiquement, après l'avoir interrogé personnellement pendant 7 heures dans une chambre d'hôtel en Espagne. Pour le député Groen Bart Staes, "les derniers éléments concernant le rôle de l'OLAF rendent la position de Giovanni Kessler intenable". "L'absence de procédures et de normes juridiques ne peuvent être balayées d'un revers de la main", estime-t-il. L'Allemande Ingeborg Grässle (PPE) demande également la démission de M. Kessler. Elle accuse le groupe socialiste de passivité à l'encontre du directeur-général de l'OLAF, qui est issu du parti démocrate italien. Dans un communiqué, elle appelle le président du Parlement européen, le socialiste allemand Martin Schulz, à "transmettre tous les documents liés à l'affaire Dalli à la commission du contrôle budgétaire". (Belga)

Nos partenaires