Cybersécurité: Londres va surveiller les procédures de Huawei

18/07/13 à 19:35 - Mise à jour à 19:35

Source: Le Vif

(Belga) Le gouvernement britannique a annoncé jeudi qu'il allait réexaminer la protection de ses réseaux de télécommunications de crainte que la présence du géant chinois Huawei, associé à British Telecom (BT) sur le marché britannique, créée des risques de sécurité.

Cybersécurité: Londres va surveiller les procédures de Huawei

La commission parlementaire sur le renseignement et la sécurité a appelé le mois dernier le gouvernement à agir davantage contre les risques posés par l'accord vieux de dix ans qui unit Huawei à BT, qui gère l'essentiel des réseaux de télécommunications britanniques. La Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l'Australie ont fait part de leurs inquiétudes quant aux liens présumés qui unissent Huawei à l'Etat chinois et pourraient voir les équipements fournis par la société être utilisés pour de l'espionnage. Huawei a accepté en 2010 d'investir dans un centre d'évaluation de cybersécurité connu sous le nom de "The Cell" et qui est destiné à tester les éventuelles vulnérabilités des mises à jour du matériel et des logiciels avant qu'ils ne soient déployés. Néanmoins, la commission parlementaire s'est inquiétée du fait que ce centre soit financé par l'entreprise et géré par des employés du groupe. "Nous avons approuvé la principale recommandation du rapport (de la commission) qui appelait à inspecter le centre d'évaluation de la cybersécurité d'Huawei pour s'assurer que nous avons les procédures adéquates pour protéger les télécommunications britanniques", a indiqué un porte-parole du gouvernement. Fondé par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, Huawei s'est retrouvé au centre de controverses entre Pékin et Washington sur la sécurité informatique de ses équipements, en raison de ses liens supposés avec l'Etat chinois. Le congrès américain a demandé l'an dernier que le groupe soit exclu des contrats publics, estimant que ses équipements pouvaient être utilisés à des fins d'espionnage par la Chine. En 2012, les autorités australiennes ont interdit à Huawei de déposer une offre pour le programme national d'internet à large bande, craignant des risques d'attaques informatiques. (Belga)

Nos partenaires