Cybercriminalité : le crime était presque parfait

23/09/10 à 13:00 - Mise à jour à 13:00

Source: Le Vif

Un belge sur trois a déjà été victime de cybercriminalité. C'est ce qu'annonce le Norton Cybercrime Report, une étude réalisée par le fournisseur de logiciels de sécurité Norton et présentée en Belgique ce mercredi.

Cybercriminalité : le crime était presque parfait

© THINKSTOCK

Bien que les internautes belges disent se sentir en sécurité (à 90%), cette nouvelle étude publiée par Norton révèle que deux tiers (62,7%) des internautes belges ont déjà été victimes d'actes de cybercriminalité sous la forme de virus informatiques, fraudes à la carte de crédit et usurpations d'identité. En Belgique, les pertes causées par la criminalité sont estimées à 68 millions d'euros pour la seule année 2009. Et la plus grosse fraude jamais effectuée en Belgique a soutiré 600 000 euros à un homme qui souhaitait investir dans le pétrole...

Malgré la menace globale, les internautes ne modifient pas leur comportement : seule la moitié des adultes se déclarent prêts à changer d'attitude, mais seulement s'ils venaient à être victimes.

Signalement : hacker anonyme

Pourquoi si peu de dénonciations ? Quant on sait qu'un tiers des problèmes ne sont jamais résolus, la frustration entraînée par la cybercriminalité devient encore plus grande. S'attaquer au cybercrime est un travail qui prend du temps et coûte de l'argent. D'après le rapport de Norton, ce sont en moyenne 28 jours et 250 euros qui sont nécessaires pour réparer tous les problèmes causés par une attaque de cybercriminel.

Si vous êtes victime de cybercriminalité, Norton conseille d'en parler autour de vous et de faire une déposition au poste de police ou de dénoncer les abus sur le site ecops.be

E.J.

Quelques conseils basiques mais qu'il est parfois bon de rappeler :

-ne jamais donner ses mots de passe

-ne pas donner d'informations personnelles inutilement

-ne pas ouvrir de liens ou de pièces jointes envoyées par des personnes que vous ne connaissez pas

-faire attention aux offres "trop belles pour être vraies"

-protéger vos données bancaires

Nos partenaires