Crise en Egypte - Le gouvernement égyptien rejette les critiques occidentales

18/08/13 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Le Vif

(Belga) Le gouvernement égyptien n'entend pas se laisser dévier par les critiques occidentales de sa ligne dure à l'égard des Frères musulmans. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmi, a déclaré à la presse dimanche au Caire que son gouvernement avait la mission de faire régner le droit et l'ordre, en dépit de menaces occidentales de mettre fin à certains projets de développement en Egypte ou de geler des aides financières.

Les dirigeants de l'Union européenne ont averti dimanche le gouvernement égyptien que l'UE était prête à "réexaminer" ses relations avec ce pays si la violence ne cesse pas. Dans un communiqué, le président de l'UE, Herman Van Rompuy, et celui de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, affirment notamment que "la violence et les tueries de ces derniers jours ne peuvent être ni justifiés ni tolérés" et que "les droits de l'homme doivent être respectés et protégés. Les prisonniers politiques doivent être libérés". Cette déclaration a été publiée à la veille d'une rencontre diplomatique européenne de haut niveau sur le sujet, qui devrait décider d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des 28 dans les jours qui viennent. De son côté, l'ONG Amnesty International estime que la réponse des autorités égyptiennes aux manifestants avait été "largement disproportionnée". "Quand certains manifestants ont fait usage de violence, la réponse des autorités a été largement disproportionnée, apparemment sans faire de différence entre les manifestants violents et non violents", selon Amnesty International. (Belga)

Nos partenaires