Crainhem a envoyé les convocations électorales dans la langue du destinataire

02/10/12 à 14:57 - Mise à jour à 14:57

Source: Le Vif

(Belga) Les habitants de la commune à facilités de Crainhem reçoivent progressivement depuis vendredi dernier les convocations électorales envoyées par la commune à l'initiative du collège des bourgemstre et échevins, a-t-on appris mardi.

Lundi le conseiller Open VLD Luc Van Biesen avait ouvertement laissé entendre que seuls des habitants francophones recevaient de telles convocations, deux semaines après l'envoi de convocations uniquement en néerlandais par le gouverneur du Brabant flamand. Selon la bourgmestre non-nommée Véronique Caprasse, interrogée mardi, il n'en est rien. Le collège a décidé de s'en tenir à la loi fédérale. Il a par conséquent envoyé les convocations en néerlandais aux habitants néerlandophones, et en français, aux habitants francophones, a-t-elle expliqué. Les francophones des communes à facilités considèrent que la légalité de l'envoi anticipé, effectué il y a deux semaines, de convocations en néerlandais par le gouverneur du Brabant flamand, à la demande du ministre des Affaires Intérieures flamandes est sujette à caution. Les communes à facilités de Rhode-Saint-Genèse et de Linkebeek ont par conséquent activé il y a quelques jours la procédure d'envoi des convocations électorales selon un processus très comparable. Les documents ont été envoyés spontanément dans la langue de l'intéressé, à Linkebeek, via un conseiller communal chargé de cette mission, et à Rhode, via cinq conseillers communaux qui ne se représentent plus au scrutin. A Drogenbos, la liste du bourgmestre Alexis Calmeyn (majoritaire) a choisi de se contenter des convocations envoyées il y a peu en néerlandais par le gouverneur du Brabant flamand, à la demande du ministre Geert Bourgeois (N-VA). Mais c'est la commune qui gère les demandes de traduction et non la province, dont le siège est à Louvain. A Wezembeek-Oppem, les habitants néerlandophones de la commune ont reçu ce document dans leur langue. Les francophones l'ont reçu en néerlandais également, mais aussi en français. Selon le bourgmestre non-nommé de la commune, François van Hoobrouck, cette décision a été prise en collège. Selon Frédéric Petit qui tire la Liste du Bourgmestre, le collège ne s'est cependant pas réuni pour lancer cette initiative. (MUA)

Nos partenaires