CPAS de la Ville de Bruxelles - Pascale Peraita a quitté le logement du CPAS qu'elle occupait

19/12/13 à 14:45 - Mise à jour à 14:45

Source: Le Vif

(Belga) La nouvelle présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles, Pascale Peraita, a quitté il y a une semaine le logement moyen du Centre Public d'Action Sociale qu'elle occupait avant son entrée en fonction, a-t-elle indiqué jeudi, sur le plateau de "L'interview" de la chaîne de télévision régionale Télé Bruxelles.

CPAS de la Ville de Bruxelles - Pascale Peraita a quitté le logement du CPAS qu'elle occupait

L'attribution de ce logement moyen avait été au centre de la polémique qui a précédé l'arrivée d'Yvan Mayeur (PS) au maïorat de la Ville de Bruxelles, et de celle, dans sa foulée, de la présidente du Samusocial à la présidence du CPAS. En ligne de mire de l'opposition à la Ville: le salaire jugé trop élevé de Mme Peraita et l'attribution de ce logement qui a ôté au CPAS le bénéfice d'un subside. Il y a quelque semaines, Yvan Mayeur avait précisé que le logement occupé par Mme Peraita était un appartement de type moyen et non social, que la décision de l'attribuer à Mme Peraita avait été prise par le Conseil de l'aide sociale unanime et approuvée par les instances de la Ville, à un moment où elle n'était pas élue. Dès l'instant où Pascale Peraita a été élue, il lui a été demandé d'y renoncer dans un délai de deux ans, et ce, même si rien n'impose légalement de procéder de la sorte, avait encore dit M. Mayeur devant le conseil communal. "J'ai déménagé dans un logement privé depuis une semaine. Ce n'était pas illégal d'y être, mais cela n'était pas très éthique. Donc, c'était prévu que je déménage", a précisé jeudi Mme Peraita, à Télé Bruxelles. A propos du salaire qu'elle percevait comme présidente du Samusocial, Pascale Peraita a évoqué le montant d'environ 4.500 euros par mois, ce qu'elle n'a pas jugé disproportionné, soulignant que la fonction qu'elle y a exercée nécessitait d'y consacrer "un double temps plein". Cela prive ainsi son titulaire de la possibilité d'exercer à titre complémentaire une fonction de chargé de cours, comme d'autres le font, a-t-elle encore laissé entendre. (Belga)

Nos partenaires