Coopération au développement - Rapport dévastateur pour BIO cependant exonérée de critiques sur les paradis fiscaux

07/11/12 à 18:57 - Mise à jour à 18:57

Source: Le Vif

(Belga) La société public-privé d'investissement en matière de coopération BIO souffre de nombreux manquements, selon un rapport rendu public mercredi. Ce rapport ne remet toutefois pas en doute l'opportunité pour BIO de recourir aux paradis fiscaux, une méthode de financement mise au jour par le journal Le Soir en février dernier. Selon un représentant de l'auditeur néerlandais Carnegie Consult, entendu mercredi à la Chambre, "il s'agit d'un des rares moyens offrant la possibilité d'investir dans des pays en voie de développement sans mettre à mal leur position fiscale".

"Processus de financement complexe", "processus décisionnel inefficace", "manquements très importants dans le management du risque et les ressources humaines", "mauvaise communication externe et interne", les critiques pleuvent dans ce rapport intermédiaire jugé "très dévastateur" par François-Xavier de Donnea (MR), qui coprésidait mercredi la Commission mixte des Affaires étrangères de la Chambre et du Sénat. En revanche, Carnegie Consult ne voit pas de problème à faire transiter les fonds de la coopération via des "structures intermédaires" de type OFC ( Offshore Financial Center) à partir du moment où des accords d'évitement de la double imposition existent avec la Belgique. Selon la société de consultance, BIO agit à cet égard en toute "transparence" et "intégrité". (OCH)

Nos partenaires